Warning: A non-numeric value encountered in /home/clients/69f240c24f67ed29e8afc4785d2ca8a1/web/wp-content/themes/valenti/library/core.php on line 1606

Warning: A non-numeric value encountered in /home/clients/69f240c24f67ed29e8afc4785d2ca8a1/web/wp-content/themes/valenti/library/core.php on line 1606

Warning: A non-numeric value encountered in /home/clients/69f240c24f67ed29e8afc4785d2ca8a1/web/wp-content/themes/valenti/library/core.php on line 1606

Just Cause 4 résumé en quelques mots serait que c’est un défouloir de folie. Tout explose, tout pète et ça tire dans tous les sens, comme dans les films d’action des années 80. Rico est toujours prêt à en découdre et faire tomber les dictatures d’Amérique du Sud. Liberté totale et fun à gogo sont au menu de ce 4ème Just Cause qui voit toujours plus grand et plus haut.  


Rico Rodriguez débarque à Solis en Amérique du Sud. Il est sur les traces de son père. Mais c’est sur les combattants de la main noire que Rico va tomber. Son but, dès lors, sera très simple : Pacifier les régions de Solis une par une en les chassant à grands coups de plomb et d’explosifs les forces de la main noire.

En gros, le jeu se résume un peu à ça. Les missions et activités de Rico, pour aider les autochtones de Solis, servent à prendre possession des zones sur la carte. On remporte des points d’armes qui octroient l’achat de frontières pour pacifier et réduire l’influence de la main noire. Et des zones à nettoyer, il y a en a beaucoup sur la carte.

Just Cause 4 a un énorme, mais quand je dis énorme, c’est vraiment énorme, terrain de jeu. Pour se donner une idée de la taille de la map, il faut se dire que c’est théoriquement 2.5x la taille de celle de Just Cause 3, 4x plus grand qu’un Assassin’s Creed Odyssey ou 14x plus grand que Red Dead Redemption 2. La carte ferait 1024 km2. Concrètement, elle fait la taille de Juste Cause 2 avec moins d’étendue d’eau, et oui, c’est vraiment gigantesque. Mais de là à dire que c’est 4x AC Odyssey, c’est abusé. En tout cas on ne s’en rend pas compte. Bref, ce n’est pas la taille qui compte, mais comment on la remplie. Il y a de tout dedans. Il y a énormément de forêt. C’est très montagneux. Le relief de la map est très présent. Il y a des vallées, des ponts suspendus, des immenses puits, des grottes, des bases creusées dans les montagnes et des petits villages et des villes. C’est assez impressionnant les dimensions dans ce jeu. Je diviserais la carte en 4 grosses zones principales avec des climats différents. On retrouve de la jungle luxuriante avec des palmés et des cours d’eau. Le désert, plus aride et vide, mais magnifique avec des rochers et des mines à ciel ouvert. Les prairies avec des champs, des fermes et des petits villages. C’est souvent l’endroit préféré des tornades. Et il y a les gigantesques montagnes couvertes de neige, souvent propice aux orages d’éclairs. La hauteur des montagnes donne le vertige ainsi que des points de vue incroyables.

Sans être hyper originale la carte reste bien construite. Il y a beaucoup d’environnements différents. C’est bien séparé en zones. Et c’est joli dans l’ensemble avec beaucoup de possibilités pour s’amuser. Par contre, c’est beaucoup de places vides, jolies, certes, mais pas très intéressantes. Les villages ne sont, au final, pas si nombreux et les villes pas très impressionnantes. C’est ça qui est un peu dommage. C’est une immense map, mais remplie de  »petits » éléments qui ne lui rend pas justice.

Le gros kiff des Just Cause est de tout faire péter de toutes les manières possibles et imaginables. Jouer avec son environnement, le moteur physique et tous les outils qu’offre le jeu c’est juste jouissif. C’est un gigantesque bac à sable. Avec les nouveaux gadgets de Rico les possibilités sont encore plus nombreuses. Il est toujours accompagné de son grappin aux usages multiples. En plus de s’agripper à tout et n’importe quoi, le grappin peut accrocher deux objets ensemble. Cela peut donner des idées, comme attacher un véhicule ou un homme à un avion ou une bouteille de propane allumé et les faire décoller. On peut utiliser le grappin pour tirer des objets avec force. Ou encore attacher des ballons atmosphériques aux objets pour les faire s’envoler comme des montgolfières. C’est toujours rigolo de voir un tank flotter, lui accrocher une citerne d’essence et un pauvre soldat, puis tirer sur la citerne. En tout cas, le jeu donne de quoi manger avec son moteur physique. Après c’est très similaire au 3 dans l’ensemble. Il n’y a pas vraiment d’éléments suffisamment novateurs qui serait un réel  »game changer ». Si on a aimé le 3, le 4 est dans la même veine en mieux.

Si Just Cause 4 est très rigolo les premières heures. On fait n’importe quoi, on pète tout, on visite en wingsuit et tout et tout, malheureusement une fois qu’on s’est bien amusé et qu’on veut passer aux choses sérieuses avec les missions, ça devient très vite lassant. Les missions sont toujours un peu pareilles. Certes, Avalanche Studio essaye de diversifier en ajoutant de nouveaux véhicules, des armes, etc., dans des situations un peu insolites et rigolotes, mais s’est toujours pareil. On va libérer une base militaire, des rebelles, un village, chercher quelque chose, un checkpoint et on recommence. En plus, les objectifs sont souvent très brouillons. On a de la peine à savoir ce qu’il faut faire, où aller, ou trouver le truc à faire péter. Oui, parce que tout finit comme ça dans Just Cause. Il faut que ça pète tôt ou tard. Des fois, il faut hacker ou actionner ou activer quelque chose, mais ça se résume à je tire dans le tas sur des militaires pas très intelligents, mais qui visent plutôt bien, des hélicoptères de temps en temps qui attaquent et des blindés qui débarquent d’on ne sait où. Action, action et de l’action encore.

Alors tout ça, de nouveau, c’est assez brouillon. L’action est omniprésente, mais pas toujours facile à lire. On s’y perd un peu de temps en temps. Faudra aussi m’expliquer pourquoi faire un jeu avec autant d’action et d’ennemis qui spawnent de partout et donner aussi peu de munitions. Je veux dire, on passe beaucoup trop de temps à chercher de la mune. Alors, oui le jeu veut qu’on varie les plaisirs en changeant d’armes continuellement, mais dans des missions de convois perché sur le toit d’une voiture on se retrouve vite à sec. Et ça aurait été simple de limiter le problème en réduisant le nombre de type de munitions différentes. Là, au final, on arrive avec ses armes, on les vide en 2 minutes et ensuite faut prendre les mitraillettes des ennemis au sol et on passe son temps à aller en rechercher.

Les commandes du jeu ne sont pas faciles à prendre en main. Il faut quelques heures de vol pour s’y faire. Entre le grappin, le parachute et la wingsuit, il faut apprendre à jongler entre les différents boutons de la manette et trouver la combinaison gagnante pour maitriser les déplacements en vol. Mais, une fois maitrisé, c’est un pur bonheur de diriger Rico. Il faut aussi dompter la caméra qui n’est pas la meilleure pour nous donner un plan d’ensemble de l’action. Souvent trop proche ou mal placée, il faut s’y faire. La conduite des véhicules terrestres est aussi chaotique. C’est arcade à son paroxysme. On dirait des caisses à savon, c’est horrible. Surtout lors de défis de vitesse sur routes sinueuses. On sait que ça va être la galère. Ce sont toutes des choses aux quelles il faut s’adapter et se faire une raison. C’était déjà comme ça dans les autres épisodes, rien n’a changé.

Les changements de conditions climatiques sont au cœur du gameplay de ce Just Cause 4. La tornade est le nouvel élément de ce 4ème opus. Accrochées à plus de 700 mètres de haut, les tornades ramassent tout sur leur passage. Tout est arraché et revole dans les airs. Les voitures, les arbres, les pierres, les maisons et immeubles, tout y passe. C’est assez impressionnant. Surtout lorsque la tornade réduit à néant une station-service et que tout explose. C’est le chaos total. C’est magique. Et ce sont ces petites choses qui font de Just Cause un jeu sympathique. On teste le moteur physique on se promène en wingsuit et en véhicule pour traverser la map et mettre le dawa partout.

Techniquement Just Cause 4 est assez moyen. Si c’est joli globalement, mais le jeu est rempli de bugs et de faiblesses visuelles. Premièrement, ce n’est pas très fluide. C’est plus lent qu’avant me semble-t-il. il y a beaucoup de pop in. Surtout en vol, on voit les arbres et éléments apparaitre tardivement. Après que le jeu ne soit pas 100% fluide lorsqu’il y a beaucoup d’explosions et d’éléments à l’écran, c’est dommage, mais compréhensible. Par contre que le menu de la carte du jeu soit lent et saccadé, non. Naviguer dans les menus est une plaie sans nom. Et pour finir le clipping et autres défauts du moteur physique qui n’en finissent pas. On se retrouve à moitié dans les tanks, les objets nous colle dessus ou aux véhicules. Parfois on est léger comme un plume et des fois lourd comme un troupeau d’éléphants. Il n’y a rien de catastrophique, mais Avalanche Studio aurait pu prendre un peu plus de temps pour peaufiner son bébé. Il y a de belles textures, mais des fois elles sont vraiment de basse résolution et c’est laid. Et le mapping des boutons n’est pas standard. Les gars qui ont fait ça sont des sadiques. Certaines commandes sont mal placées et mal pensées. Comme le switch d’arme qu’il faut garder appuyé le bouton carré. Qui fait ça? Il y a une gymnastique du cerveau à faire dans ce jeu pour s’y retrouver.

Just Cause 4 est un jeu sympathique de classe moyenne avec de bonnes idées, mais une réalisation bof bof. On est loin des ténors du genre, mais il a le mérite d’être un jeu fun et divertissant pour des petites soirée tranquille à tout faire péter bien installer dans son canapé. Just Cause 4 propose une expérience très rigolote à tous les joueurs qui ne veulent pas trop se prendre la tête et être libre de faire ce qu’ils veulent, après avoir dompté les commandes, dans un monde ouvert vaste et varié dans lequel pratiquement tout peut exploser. Pour être vaste, il est vaste. C’est une des plus grandes maps du jeu vidéo avec 1024 km2. Après, le jeu reste assez classique par rapport aux autres Just Cause. On fait toujours un peu la même chose, encore et encore. Ça reste assez répétitif et après le gros fun de faire tout péter, on reste avec jeu moyen avec des objectifs souvent très brouillons. Le fait d’ajouter de nouveaux gadgets au grappin de Rico ainsi que de nouveaux mods, perks et autres améliorations ou tornade ne changent pas fondamentalement la formule. C’est classique et si on aime le genre, Just Cause 4 rempli parfaitement son cahier des charges. Par contre si on n’adhère pas à la série, ce n’est pas ce 4ème épisode qui changera la donne.

Les plus :

  • Un monde gigantesque
  • Hyper fun les premières heures
  • Le moteur physique
  • La liberté totale
  • Joli et varié globalement
  • Les tornades impressionnantes

Les moins :

  • Techniquement décevant
  • Souvent brouillon (objectifs, action, …)
  • Pas facile à prendre en main
  • Les menus pas fluides
  • Répétitif


Éditeur : Square Enix
Développeur : Avalanche Studios
Sortie : 04.12.2018
Disponible sur PS4, Xbox One, PC

Genre : Action / Aventure / Open world

Just Cause 4
3.0Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.