La femme photographe en Amérique latine

Et si lors d’un microtrottoir le journaliste vous demandait de citer les noms de trois photographes femmes ? En seriez-vous capables ? Je vous souffle trois prénoms : Nancy, Cindy et Sophie, vous pouvez les associer avec les noms correspondants*? Alors imaginez que l’on vous en demande trois de photographes femmes d’Amérique latine. Il y a peut-être un vieux fond de sexisme dans cette méconnaissance, mais vous n’êtes pas responsable. Les médias, « les prérogatives » masculines ont peut-être barré la route aux femmes en matière de photographie. L’auteure est photographe, enseignante et chercheuse.

« Les différentes archives, relatives à la photographie et à la femme, à la fois brossent un portrait de l’époque et parcourent l’Histoire. Ce livre prétend faire connaître les femmes liées à la photographie durant la période allant de 1840 à 1940. » et en trois chapitres respectivement intitulés : Les enseignants au service de la photographie, La photographie, un métier et un moyen d’expression (avec un passage sur la technique) et Hommages aux photographes reconnues dans le domaine artistique, l’auteure dresse la liste des femmes qui ont joué un rôle important photographiquement parlant pendant le siècle. On peut imaginer que cela importe plus au lecteur/photographe d’Amérique latine mais cela peut aussi satisfaire notre curiosité.

On regrettera cependant que personne n’ait pris la peine de traduire les références des livres cités. Qu’importe en effet à un francophone de savoir que la phrase en français de Georges Didi-Huberman se trouve dans Pueblos expuestos, puiblos figurantes, Buenos Aires, Manantial, 2014 p.13….

Bonne lecture quand même…

*Nancy Golding, Cindy Sherman, Sophie Calle.

La femme photographe en Amérique latine
Auteure : Alejandra Niedermaier
Editeur : Harmattan

www.editions-harmattan.fr

La femme photographe en Amérique latine
3.0Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.