Belle-Amie

Une couverture un peu trop sombre sans doute pour tirer vraiment votre œil et peut-être comme moi une petite réticence devant une phrase de la quatrième de couverture qu’il vous faudra surmonter. La phrase : « En glissant ses pas dans ceux du maître et en vous entraînant dans le Paris de la fin du XIXème siècle, Harold Cobert propose une suite haletante au chef-d’œuvre de Maupassant. »

Ma réticence est d’abord à l’égard de toutes ces suites (Madame Bovary – Autant en emporte le vent) pour une raison bien simple, c’est une question d’époque… Est-ce que Flaubert écrirait une suite aujourd’hui avec les mots de notre temps ? S’il écrivait avec les mots du sien cela renforcerait l’artificialité de son œuvre… Là Harold Cobert maîtrise bien son Maupassant au point que l’on peut oublier parfois qu’il est question d’un autre temps et d’une suite des aventures de Georges Du Roy. Et là une autre phrase de la quatrième de couverture vous donne envie de lire : « A lire aussi comme un saisissant miroir de notre époque. » Avec les parties de ping-pong politiques par journaux interposés, l’importance cruciale de l’argent et plus virulent fin XIXème un antisémitisme dont on pourra voir l’apogée dans l’affaire Dreyfus (si l’on se souvient que Zola et Maupassant se connaissaient). Enfin on ne pourra qu’apprécier la mise en abîme réalisée par l’auteur qui se permet de faire jouer à Guy de Maupassant un rôle non négligeable dans le roman.

Je pense qu’aussi réticent que vous soyez avant lecture, si vous entrez dans ce roman vous ne le lâcherez qu’à la dernière page.

Une lecture pour un long trajet ou immobilisé au coin du feu… en n’oubliant surtout pas de chercher dans notre actualité ce qui nous rapproche par exemple d’un scandale financier d’époque.

Bonne lecture.

Belle-Amie
Auteur : Harold Cobert
Editeur : Les Escales

www.lisez.com/les-escales/22

Belle-Amie
4.0Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.