Warning: A non-numeric value encountered in /home/clients/69f240c24f67ed29e8afc4785d2ca8a1/web/wp-content/themes/valenti/library/core.php on line 1606

Warning: A non-numeric value encountered in /home/clients/69f240c24f67ed29e8afc4785d2ca8a1/web/wp-content/themes/valenti/library/core.php on line 1606

Warning: A non-numeric value encountered in /home/clients/69f240c24f67ed29e8afc4785d2ca8a1/web/wp-content/themes/valenti/library/core.php on line 1606

Nintendo continue à son rythme de sortir un gros jeu par mois sur sa nouvelle console, la Switch. Pour ce mois de juin 2017, c’est le petit nouveau, ARMS, qui est au banc d’essai. Au programme un jeu de boxe pour le moins original. Nouvel licence, Nintendo tente un nouveau coup de poker après le succès de Splatoon.


ARMS est la nouvelle licence que lance Nintendo. Il semble que Splatoon, sorti il y a 2 ans déjà, ait donné des envies à Nintendo d’oser sortir de nouvelles choses et de prendre des risques. Après un TPS multi-joueurs axé e-sport et peinture, c’est au tour de la boxe. Sans rappeler un certain Punch-Out sur NES, ARMS se veut être beaucoup plus fantaisiste et axé sur le multijoueur que ce dernier avec des envies claires de se lancer sérieusement dans l’e-sport. Nintendo prévoit aussi d’agrémenter son contenu au fil du temps comme pour Splatoon.

ARMS propose un concept simple comme tout qui est la boxe, mais ajoute un twist pour rendre le jeu fun et original. L’originalité de ARMS réside dans les bras (arms en anglais) extensibles des boxeurs et les gants qui sont très originaux. Chaque boxeur a son set de gants qui lui sont propre. Il y a une dizaine de boxeur au choix. Il y a Spring Man, Ribbon Girl, Master Mummy, Min Min, Twintelle, Helix, Ninjara, Byte & Barq ou encore Mechanica et Kid Cobra. Chaque boxeur a ses trois types de gants par défauts. Il y en a 30 en tout. Les gants ont leurs spécificités. Il y en a des gants d’attaque, d’autres de défense, mais ce n’est pas aussi simple que ça. Les gants ont des éléments de prédilection comme le feu, l’électricité, le vent, etc. Il y a des gants simples comme les toaster qui enflamment leurs adversaires ou les étincelles qui électrisent et qui tapent fort, mais aussi des gants plus fantaisistes comme le boomerang avec des trajectoires courbées, des gants dragon qui crachent du feu, des tridents pour couvrir les attaques de l’adversaire. Avec 30 « armes » différentes il faut apprendre à les utiliser en attaque et en défense. Le choix des gants, des deux combattants, gauche et droite, est primordial, c’est un peu lui qui va dicter la stratégie à adopter durant le combat. Il est possible de changer de gants entre deux rounds. Les gants peuvent aussi être chargés et ainsi relâcher des attaques différentes dévastatrices. Puis finalement, il y a aussi la Super attaque qui se charge au fil des rounds et qui permet de faire d’immenses dégâts et rebalancer le match, comme le finir, si elle fait mouche.

Les « rings » sont aussi très spéciaux dans ARMS. Ça va de l’arène simple dans laquelle les boxeurs se déplacent librement dans un rectangle sans obstacle. Mais il y a aussi les arènes avec des poteaux, des voitures dans un parking, plusieurs niveaux, des escaliers, des trampolines, etc. Là encore, l’arène peut influencer le choix des gants car certains terrains plus rapide ou lent et sont plus favorable à l’attaque ou à la défense. Il faut donc connaître les avantages et les inconvenants des gants mais aussi des arènes.

Tout est dans le placement et les déplacements. Si les bras des boxeurs sont extensibles, ces derniers sont plus ou moins rapides. Il faut donc toujours être attentif à sa position et celle de l’adversaire. En plus, il est possible de sauter dans le jeu ce qui ajoute aussi un peu de verticalité. En gros, en se déplaçant sur la gauche, les coups lancés partent contre la gauche avec une trajectoire arquée au lieu de coups droits. Il faut donc bien calculer son coup pour lâche sa droite ou sa gauche au bon moment pour atteindre sa cible. Pour se défendre, il y a le dash à gauche ou à droite ou bloquer, mais là attention à ne pas se faire attraper. Puis il y a les bombes, explosives ou paralysantes, qui viennent perturber la partie. Et les bonus de vie ou de super qui peuvent changer la tendance d’un match. Donc beaucoup de stratégie dans ce jeu qui peut paraitre simple aux premiers abords.

Le jeu se joue assez bien. Il est possible de jouer avec les joy-con en mode motion gaming ou de manière conventionnel avec le stick et les boutons de joy-cons ou de la manette pro. En mode conventionnel, le premier regret à constater est « l’oubli » des développeurs de laisser le choix du mapping des boutons aux joueurs. Dans un jeu de baston, c’est très important de pouvoir choisir la disposition des commandes pour un meilleur confort. Ensuite, le mapping par défaut n’est pas mauvais, une fois habitué, mais aurait sans doute pu être meilleure. Par exemple, d’avoir mis le bloque sur le stick gauche de déplacement est assez curieux et pas très pratique. Ils auraient pu utiliser ZL à la place. Mais non, ils ont préféré doubler les commandes de frappe. En effet, il est possible de lancer des gauches et des droites avec B et A ainsi qu’avec ZL et ZR. Un doublon compréhensible, mais en dépit d’une garde qui aurait pu être plus simple d’accès. Espérons que le mapping personnalisé sera dans une futur mise-à-jour. Le dash et le saut se font avec X et Y.

Le motion gaming fonctionne très bien. Gauche, droite, ARMS nous met dans la peau d’un vrai boxeur. On se déplace facilement. On part à gauche, à droite, en avant ou en arrière avec des mouvements simples, ça fonctionne vraiment bien. Ça fait réellement plaisir de jouer à un jeu avec du motion gaming qui est à la fois très bien implémenté, qui fonctionne parfaitement, et en même temps aussi naturel et intuitif. Attention à ne pas oublier de mettre les dragonnes. Est-ce que cette modalité sera utilisée par les joueurs e-sport sur le long terme ? C’est déjà moins certain, mais ça plaira aux plus jeunes et aux gamers adeptes du motion gaming. En tout cas, c’est chouette à utiliser, surtout à plusieurs, et ce n’est pas toujours le cas avec le motion gaming. Donc, bravo.

Il n’y a pas que de la boxe dans ARMS. Pour varier les plaisirs, il y a mini-games, des épreuves de basketball, du volleyball et des attaques de cibles. Très différent et un peu rafraichissants après plusieurs combats, ces modes ne sont pas plus mémorables que ça. Déjà ça été vu et revu dans différents jeux et ça n’apporte pas grand-chose. Mais ça a le mérite d’être là, de proposer quelque chose de différent et de laisser présager d’autres mini-games à l’avenir.

Le jeu propose une interface très simple et directe qui rappellerait les jeux Nintendo des années 80. Un mode Grand Prix, un mode Versus et des modes Online et local et en gros c’est tout. Le mode Grand Prix est le mode solo « principal » du jeu. Un peu comme dans Mario Kart, le but est de vaincre les adversaires et devenir le champion. Il faut choisir son personnage parmi une petite dizaine de boxeurs plus originaux les uns que les autres. Après le choix du combattant, le tournoi commence. Présenté comme une émission de télévision, un présentateur présente les combattants avec un peu d’humour. C’est très Splatoon dans l’esprit. Il faut battre tous les combattants jusqu’en finale dans une dizaine de matches. Il y a des matches de boxe « conventionnels », mais aussi des épreuves de basketball, de volleyball ou d’attaques de cibles pour ajouter un peu de variété. Il y a 10 niveaux de difficulté par combattant. Ça permet de se faire la main avec un combattant et ses différentes armes. Le degré de difficulté augmente assez vite. Si le premier niveau est une balade de santé, la suite s’avère directement plus musclée. Même si la plupart des combats restent faciles en niveaux 2 et 3, il arrive qu’un ou deux combats durant le tournoi soient beaucoup plus difficiles. L’IA se met en mode furie et vous barde de coups. Ou alors vous commencez très bien le round, mais les bonus de santé tombent étrangement dans les pieds de l’IA pour le remonter. C’est parfois frustrant et c’est à se demander si ce n’est pas fait exprès. Puis le combat suivant, ça redevient facile. Chaque match fait gagner des crédits qui permettront de gagner de nouvelles armes. Il y a aussi un mode entrainement pour apprendre les subtilités du jeu.

ARMS est un jeu convivial. Pratiquement tout le jeu a été conçu pour pouvoir jouer à plusieurs. Les matches peuvent être jouer en 1vs1, mais aussi en 2vs1 et 2vs2 en local entre amis ou sur internet. Le online se présente aussi de façon très simple avec des salles d’attente de plusieurs joueurs qui sont matché ensemble de manière aléatoire avec différents type de matches. Parfois on tombe sur des combats traditionnels 1vs1, mais parfois en 2vs2 ou du volleyball ou du basket. Le rematch se propose de lui-même sans retour au menu, ni chargement, c’est rapide et pratique. En revenant au menu, les joueurs sont mélangés et attribués à d’autres événements aléatoires. Dans l’ensemble, ça marche plutôt bien sur internet, sans problème majeur à signaler.

Esthétiquement, on sent bien qu’on est sur Nintendo. C’est très coloré et très cartoon comme souvent avec leurs titres. Les personnages sont très différents les uns des autres et les arènes sont variées. Artistiquement, c’est pas mal. On sent que tout a été travaillé et peaufiné pour donner une identité propre au titre. Techniquement, le jeu tient très bien la route sans problème. Petit bémol, la barre de vie est collée aux boxeurs, ce qui n’est pas toujours très lisible lorsque l’adversaire est loin. Un hud traditionnel aurait été plus simple et plus lisible.

ARMS est un bon jeu qui ose prendre des risques…calculés. Ce qu’on ne peut pas lui enlever, c’est que Nintendo a réussi à revisiter la boxe traditionnelle pour pondre un jeu très original avec son concept de bras extensibles et ses gants des plus fantaisistes. Sans proposer de réel mode histoire en solo, en même temps le type de jeu ne s’y prête guère, il offre un mode Grand Prix très similaire au mode arcade de Street Fighter 2 qui s’avère assez satisfaisant, sans plus d’intérêt non plus. La courbe de difficulté augmente assez vite en proposant un jeu accessible aux néophytes ainsi qu’un véritable challenge pour les joueurs aguerris. Toujours rester en mouvement et bien observer l’adversaire. Bien que très cartoon et ARMS est un jeu de tacticien. Il est clair que l’on peut jouer de manière simple sans se poser de question, mais à haut-niveau, il faut connaître les points forts et les points faibles des adversaires et surtout des gants qu’ils choisissent. Il faut aussi savoir prendre avantage dans les arènes qui s’avèrent être très différentes les unes des autres et loin d’être traditionnelles pour un jeu de boxe. Obstacles divers, rampes, étages, passerelle, les types d’arènes change la nature des matches. Le placement est clé dans le jeu et il est parfois difficile de se sortir d’une situation compliquée. Pris dans un coin, il faut souvent faire ses prières. Le contenu de ARMS laisse un peu à désirer. Une dizaine de boxeurs et une trentaine de gants différents, c’est bien mais là encore on fait vite le tour même si les parties de basket et de volleyball sont sympas et change un peu, ça reste léger. Bien que le titre propose un multi convivial et de multiple façon de jouer seul ou à plusieurs, on se rend quand même assez vite compte, encore une fois, que le jeu tourne vite en rond. Nintendo veut nous rassurer en déclarant que le contenu sera étoffé via des mise-à-jours gratuites au fil du temps pour garder l’intérêt des joueurs. Espérons que ce sera le cas. L’équilibre du jeu est bon, car tous les boxeurs peuvent gagner (aléatoirement) les gants des autres boxeurs via un jeu de cibles. Ensuite, le motion gaming est une réussite. Les commandes répondent au doigt et à l’œil. Très intuitives, les joueurs comprennent tout de suite comment ça marche et prennent du plaisir à jouer. ARMS se joue aussi très bien à la manette pro ou avec les joy-cons de manière traditionnelle. Là encore, ça fonctionne bien, mais une option pour changer l’emplacement des boutons aurait été la bienvenue. ARMS devra trouver son public. Nintendo tente des choses nouvelles et ça fait plaisir. Peut-être un peu moins intéressant à jouer tout seul dans son coin, ARMS prend tout son sens à plusieurs, surtout en local entre amis. Bonne pioche, Nintendo mise sur un jeu de boxe fun et déjanté et c’est réussi.

Les plus :

  • Original et fun (la boxe revisité)
  • Du motion gaming fun, précis et plaisant
  • Très fun à plusieurs devant la TV
  • Très coloré et artistiquement bien travaillé
  • Une courbe de difficulté très progressive
  • Beaucoup de boxeurs et de gants différents à essayer
  • Le 2vs2
  • Des mini-games pour varier un peu
  • Les replays avec ses options

Les moins :

  • Le contenu un peu léger
  • Pas d’option pour les boutons
  • L’IA injuste parfois

Éditeur : Nintendo
Développeur : Nintendo
Date de sortie : 16 juin 2017
Plateforme : Nintendo Switch exclusivement

Genre : Baston 3D (Boxe)

 

ARMS
3.5Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.