Une putain d’histoire

Une putain d’histoire

Henry, 16 ans, vit au large de Seattle, sur une petite île au climat rude. Il fait partie d’une bande de copains, dont Charlie son meilleur pote et Naomi, sa petite copine. Tout semble aller pour le mieux. Mais un soir en rentrant du lycée, Naomi et Henry se disputent, elle veut faire une pause dans leur relation. Quand le lendemain matin, elle est retrouvée morte sur la plage, coincée dans un filet de pêche, la police voit en Henry un suspect tout trouvé. Avec ses potes, celui-ci décide alors de prendre les choses en main et de découvrir la vérité. Ils vont vite découvrir que les habitants de l’île ont bien des secrets…

Bernard Minier laisse tomber son personnage principal récurrent et se lance dans une histoire d’adolescents à la sauce américaine. La trame est bien menée, le rythme est soutenu du début à la fin, l’auteur arrive à poser une ambiance lourde et menaçante d’entrée de jeu. Seul bémol : si de manière générale l’écriture est fluide et agréable, Minier pêche un peu par zèle, en utilisant un langage exagérément cru et grossier pour faire parler ses adolescents. Cela peut vraiment déranger la lecture par moment, surtout que c’est parfaitement inutile. Cela mis à part, c’est un roman qui se lit d’une traite et dont la fin surprend par un revirement de situation plutôt inattendu et franchement bien amené.

Une putain d’histoire
Auteur : Bernard Minier
Editeur : XO

www.xoeditions.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.