Tony Hogan m'a payé un ice-cream soda avant de me piquer maman

Tony Hogan m’a payé un ice-cream soda avant de me piquer maman

Un titre bien long que je tenterai de justifier plus loin et une image de manège forain en couverture… Pour le manège on devine son nom « autopi… » mais on peut aussi lire « utopi »… Mais rassurez-vous – je parle pour ceux qui n’aiment pas ça – ce n’est pas de la science-fiction…

Ce que raconte ce roman est raconté à partir de la vision du monde qui l’entoure de mademoiselle Janie Ryan. De la naissance à l’adolescence, un portrait de femme par elle-même. Une des choses les plus remarquables de ce récit est à mon sens l’absence de jugement, de critique sur les choses et les gens. Janie n’a pas les mots pour juger et condamner… Elle nous laisse le soin de le faire, ou plutôt l’auteur nous laisse ce soin… Et dieu sait que la société écossaise des années 80 présentée ici est « condamnable »… La grand-mère de Janie ne s’est pas occupée de sa fille… qui veut qu’on l’appelle Iris et qui a « fugué » à Londres et s’est retrouvée enceinte… (la fin de l’histoire ne devrait pas vous surprendre). Le titre est donc un constat de situation fait par une enfant de trois/quatre ans qui tire sa conclusion et qui va découvrir que sa mère est une femme battue. Elle entend les coups, les pleurs et voit les traces mais ne voit pas les raclées… Son apprentissage de la vie se limite aux effets des choses… elle ne peut rien ou presque nous dire des causes sociales de ce qu’elle endure… Et c’est en ce sens qu’il faut lire ce roman entre deux analyses sociétales des sociologues et politiques de service… Rassurez-vous, c’est raconté avec un humour qui empêche de déprimer, ce n’est pas un vrai documentaire. Mais il me semble que c’est une bonne manière de prendre conscience… On appréciera aussi la qualité de la traduction…

Bonne lecture.

Tony Hogan m’a payé un ice-cream soda avant de me piquer maman
Auteure : Kerry Hudson
Editeur : 10-18

www.10-18.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.