Comme d’ordinaire un coup d’œil sur la pochette… Un ‘rocker’ – ce n’est pas moi qui le dit mais le rédacteur du livret joint – en cravate et pantalon avec pli et jouant de la guitare acoustique assis, j’ai du mal à m’y faire. Mes souvenirs de Cochran, Presley ou Lee Lewis ont d’autres images… La carrière de Johnny laisse présager un deuxième ‘indispensable’. Et je dois vous avouer que le petit livret proposé me laisse sur ma faim… Heureusement j’ai vu le biopic de James Mengold de 2005 intitulé : Walk the line (CD 1, chanson 8) et j’ai l’impression de mieux connaître Johnny Cash (petite remarque : le film a obtenu entre autres prix le Golden Globe du meilleur film musical de 2006). Pour moi le fait d’enregistrer chez Sun avec Jerry Lee et Presley ne fait pas de Johnny Cash un rocker… le son de ses guitares renvoie plutôt vers la country sudiste. Je pense qu’au lieu de nous citer quelques chansons pour illustrer son propos, Bruno Blum, auteur du petit livret, aurait pu/dû en traduire une ou deux, nous aurions sans doute mieux compris… Grâce à un moteur de recherches j’ai trouvé une excellente traduction de I walk the line qui devient : Je marche droit et qui dit : parce que je t’aime je ne fais plus de bêtise, je marche droit… C’est une belle chanson d’amour mais elle en dit plus sur celui qui parle que sur la destinataire… Vous avez remarqué, je n’ai pas cité un seul chanteur de rock noir… Je crois avoir dit ailleurs qu’il fallait bien distinguer les deux types de rocks. Celui des noirs dit bien souvent les mêmes misères que le blues… Celui des blancs dit les petites misères des blancs qui ne se droguent pas avec les mêmes produits et vont moins souvent en prison. Les thèmes des chansons de Cash sont en partie les mêmes (l’amour, la trahison) et il ajoute le péché et la foi – protestante – et glisse la mort en transition… Mais ses guitares ont un son particulier qui émousse le tragique ou le sérieux des textes.

Bonnes écoutes.

The indispensable Johnny Cash, 1954/1961
3 CD
Editeur : Frémeaux & Associés

www.fremeaux.com

The indispensable Johnny Cash, 1954/1961
4.0Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.