savage - extrait

savage – extrait

Un autre 2004 : les Volgans, faction fasciste soviétique dirigée par le Maréchal Vashkov a envahi et occupe l’ensemble de l’Europe jusqu’à l’Angleterre depuis 5 années. Malgré une avance militaire technologiquement impressionnante, des petits groupes de résistance tentent tant bien que mal de les harceler par des opérations de Guérilla. C’est dans cette atmosphère d’oppression et de désespoir pour les britanniques que Bill Savage, le héros devenu légendaire, revient pour tenter de renverser la situation et bouter les Volgans hors du Royaume-Uni.

Delcourt surfe sur la vague « Walking Dead » pour nous proposer d’autres albums dessinés par Charlie Adlard. Ce « Savage » est une reprise d’un personnage créé par Pat Mills pour l’incontournable magazine anglais 2000AD (Judge Dredd, Strontium Dog, les débuts de stars internationales du comics tels qu’Alan Moore ou Neil Gaiman, bref une institution de l’autre côté de la Manche !) à la fin des années 70 sous le titre original « Invasion! ». Brutal et sans pitié, Bill Savage est prêt à tous les sacrifices pour botter les fesses de ces fascistes de la Volga. Lui qui a perdu sa famille suite à la « guerre des 8 heures », n’hésitera devant aucune occasion de frapper là où ça fait mal, jusqu’au plus haut du pouvoir occupant. Malgré un héros principal un peu cliché et un scénario de troisième guerre mondiale trop avare en détails pour asseoir sa crédibilité, ce « Savage » ne manque pas de charme et fascine autant par son orientation action que par ses valeurs de justice et d’abnégation. C’est surtout le dessin de Charlie Adlard qui surprend le lecteur habitué aux Walking Dead, lui permettant de redécouvrir toute sa maîtrise du noir et blanc. Le vrai regret sera pour le travail d’édition : pourquoi présenter ce volume comme un récit complet alors qu’on aurait vraiment préféré lire l’ensemble de l’histoire !? Ce choix de ne présenter que le travail d’Adlard sur cette mini-série, bien qu’effectivement auto-suffisant, est incompréhensible et manque d’ambition. Le dessin de ses collègues sur la première et sur la troisième partie manque-t-il à ce point d’intérêt ? En tous les cas, les qualités sont plus nombreuses que les défauts et on aurait souhaité lire le prologue et l’épilogue de cet album.

Savage
One-shot
Dessinateur : Charlie Adlard
Scénariste : Pat Mills
Éditeur : Delcourt
Collection : Contrebande

http://www.editions-delcourt.fr/serie/savage.html

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.