Révolution musicale

Révolution musicale

Avec en sous-titre : « 1967-1969 de Penny Lane à Altamont » et quatre illustrations fort célèbres dans le genre pochettes de vinyle : Between the Buttons, la banane d’Andy Warhol, Tommy et Abbey Road (essayez de mettre un nom de groupe sans regarder les images). Attention ce livre ne s’adresse absolument pas uniquement à ceux qui auraient eu vingt ans ou pas loin en mai 1968. Je dirais qu’il intéresse tous les passionnés, les curieux de musique.

Guillaume Ruffat propose une lecture musicale du monde sur trois années à partir de quatre-vingt-dix albums. Vous avez le choix : après avoir lu les soixante-dix premières pages qui résument la vie artistique pendant les trois ans choisis, soit vous lisez la présentation et le commentaire concernant les albums dans l’ordre, soit vous allez directement page 356 consulter la liste par groupe des albums analysés et vous lisez en commençant soit par ceux que vous n’avez pas, soit par ceux que vous avez – il serait étonnant que vous possédiez tous les albums cités… Je pencherais personnellement pour la première méthode et cela pour deux raisons. D’abord les surprises (Qu’est-ce qu’il/elle fait là ? Ah bon c’est de la musique qui révolutionne !?) devant les noms des groupes et puis la surprise devant la reproduction noir et blanc des pochettes. Pas mal de psychédéliques et surtout un certain nombre de jamais vues… Vous me direz que tout cela peut être parfaitement subjectif et que n’importe qui d’autre donnerait une suite différente d’albums pour la même période. Peut-être, mais je n’en suis pas sûr du tout. Pour une raison simple, Guillaume Ruffat ne confond pas ce qui fut tube et autre succès émotionnel de vacances ou de rentrée avec ce qui apporte du nouveau, du changement sur la scène musicale, se renouvelle ou achève. Il serait intéressant de savoir si en bon francophone vous connaissez les quatre albums « français » qui figurent dans ce livre : (cités par ordre alphabétique) Brigitte Fontaine : Comme à la radio (août 1969) – Serge Gainsbourg : Initials BB (juin 1968) – Françoise Hardy : Ma jeunesse fout le camp (juin 1967) – Pierre Henry : Messe pour le temps présent (août 1967). Ne vous étonnez pas de Pierre Henry, on trouve aussi Miles Davis et Terry Riley ou Johnny Cash…

Bonne promenade musicale…

Révolution musicale
Auteur : Guillaume Ruffat
Editeur : Le mot et le reste

http://lemotetlereste.com/mr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.