L'invention du voyage

L’invention du voyage

Vous avez remarqué ? L’absence de nom d’auteur. Seule la moitié d’entre eux figure en couverture… Et, au cas où vous ne les connaîtriez pas tous, je vous conseille vivement de commencer ce livre à la page 213 pour prendre connaissance de ceux dont les propos ont été recueillis par Anne Bécel – elle les a aussi organisés. Et ensuite de lire à la carte, au hasard ou en fonction d’un choix personnel.

Étrangement ce recueil m’a renvoyé à la phrase célèbre de Blaise Pascal : « Tout le malheur de l’homme vient de ce qu’il ne peut rester enfermé dans sa chambre ». En schématisant un peu, on peut dire que ceux qui ont contribué à ce livre se retrouvent au moins sur un point : l’importance de l’imagination. L’imagination qui donne l’impulsion, l’élan du voyage. L’imagination qui dans le voyage se heurte à la réalité.

Il est question d’itinérance, de pulsion nomade, d’errance. De sortir de soi et de chez soi pour aller au-devant du monde, au-devant de soi. Attention, aucun des auteurs ne se justifie… Ils s’expliquent, sont en quelque sorte les cartes de leur territoire. Tous méritent une attention certaine mais j’ai, pour ma part, un faible particulier pour Bernard Ollivier, un journaliste qui a créé en 2000 une association : Seuil. Elle aide des jeunes en difficulté par la marche. Elle donne du voyage, de la marche une autre vision.

Ce petit livre est à emporter avec vous pour les vacances, enfin ce qu’il en reste. Pensez aux paysages d’automne qui s’annoncent et imaginez-vous marcher dans la campagne, vers Saint-Jacques par exemple.

Bon voyage.

L’invention du voyage
Editeur : Le Passeur

www.le-passeur-editeur.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.