Dans le royaume de Monsieur Joyeux, il y a deux groupes de sujets. Les riches sont appelés les sous-rieurs et les pauvres qui vivent en bas de la tour sont les sinistres. C’est au sein d’une famille modeste qu’est née le petit Hubert 31-36. Mignon et souriant le nouveau-né pose des problèmes à son entourage car dans ce monde parallèle il est strictement interdit pour les pauvres de plaisanter ou de sourire. Sa frimousse attendrissante et son envie de rigoler inquiète ses parents qui ne voient d’autre solution que de se débarrasser de lui. Démasqués par la police étatique et le ministère de la morosité, ils sont envoyés en salle d’opération pour corriger ce défaut inacceptable. Le vilain Hubert a grandi, il est à présent âgé de sept ans. Abandonné par ses parents, il rit tristement derrière ses cicatrices, caché à l’orphelinat des  Pas Errants . Un soir qu’il rentrait chez lui après une dure journée de travail au bureau des mauvaises nouvelles, un événement imprévu survient. La couronne annonce en grande pompe la naissance de leur fille et pour l’occasion 22 secondes de franche rigolade sont tolérées…

Sauver ou être sauvé ? Un dilemme qui ne prête pas à rire . Dans un monde à deux vitesses où toute forme de joie est interdite pour les gens du bas peuple, le moindre manquement à la loi entraîne de terribles sentences. Monsieur Hubert porte encore les cicatrices infligées par le régime totalitaire pour un simple rire étouffé durant son enfance. Sa rencontre hasardeuse avec la fille du roi va changer considérablement sa vie. Partie du Palais Royal sur un coup de tête à la suite du renvoi de son oncle adoré, Fol Espoir, la princesse a rejoint les sinistres. Captivante mais déprimante, cette bande-dessinée de 72 pages superbement illustrée est assez violente. Le parallèle avec les régimes les plus durs que le monde a connu est une évidence. Divisé en cinq chapitres, cette œuvre est tirée de l’imagination bipolaire du scénariste. Tous les personnages représentent des phases de sa maladie, comme il l’explique en fin de lecture. Hubert est l’équilibre, Joyeux la dépression, Fol Espoir l’exaltation et la princesse Carmine, les éléments imprévisibles et déclencheurs de chaos.

Stéphane Louis est né en 1971. Autodidacte, il a fait ses premiers pas dans le monde des bulles grâce aux fanzines tels que : Dixième Planète, Semic, Comic Box et Bugs Bunny Mag. Professeur, il a démissionné de l’Education Nationale pour vivre de sa passion. L’auteur a également travaillé dans des agences de communication, le web et la publicité. Ses influences de dessinateur proviennent du travail d’Olivier Vatine et du duo John Byrne / Terry Austin. C’est lors du Festival d’Angoulême de 2004 qu’il a fait la connaissance de Nicolas Mitric. Cette rencontre s’est concrétisée par la sortie chez Soleil du célèbre album : Tessa, Agent Intergalactique. L’illustrateur, Stéphane Hirlemann vit à Berlin. Après des études à l’école Émile Cohl, le dessinateur a évolué dans le théâtre en tant que scénographe, vidéo mapping, et graphiste pour divers médias. Il a réalisé des court-métrages intégrant de l’animation, diffusés en ciné-concerts. Il a fondé en Allemagne, avec Margaux Lopis, un studio de graphisme : Shut-Studio, ensemble ils ont élargi leur champ d’action : Institutionnel, motion design, sérigraphie. Parallèlement le dessinateur s’est produit dans différents magazines : Psikopat, AAARG!, Rollingstone Magazine, Milan Presse. Stéphane a fait une entrée remarquée dans le monde du 9e Art avec cette nouvelle BD. Véronique Daviet est une coloriste de BD professionnelle au parcours atypique puisque totalement autodidacte. Elle a travaillé pour les éditions Delcourt, Soleil, Glénat, Lombard, Bamboo, Clair de Lune, Kennes, Paquet et First Éditions. Cette fable sombre et oppressante est captivante mais on se perd parfois dans l’imaginaire de l’auteur. Cette création fictive n’en reste pas moins intéressante à découvrir alors que de plus en plus de restrictions nous sont posées par les gouvernements.

Scénario : Louis

Dessins : Stéphane Hirlemann

Couleurs : Véra Daviet

Éditions Grand Angle

www.angle.fr

L'HOMME SANS SOURIRE - On ne plaisante plus !
3.0Note Finale
Note des lecteurs: (0 Vote)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.