Le monde en 2035

En regardant bien la couverture peut-être distinguerez-vous le globe terrestre sous le titre et il ne vous aura pas échappé l’absence d’auteur précis. On notera dans l’ordre : Préface d’Adrien Jaulmes, Vu par la CIA et « Le paradoxe du progrès ». Pour ce qui est de dire l’avenir il me semble que l’on peut distinguer Cassandre des horoscopes – trop proches du marc de café qui doit se faire rare aujourd’hui vu les capsules. Mais on n’oubliera pas ceux qui font de la prospective… Car c’est de cela qu’il s’agit. Ce livre est la traduction intégrale du rapport du National Intelligence Council (NIC).

Pour ceux qui ne le savent pas, Adrien Jaulmes est né en 1970 et il est reporter au service étranger du Figaro.

Après avoir lu la préface, n’oubliez pas l’avant-propos rédigé par le président du NIC. Il justifie ce qui suit par l’expression « Penser l’avenir » et il remarque plusieurs choses. D’abord, ce n’est pas facile vu notre monde et la rapidité des changements. Ensuite, il n’est pas possible de garantir une précision certaine et enfin les USA ont un nouveau président et une nouvelle administration. Ainsi il va de soi que pour penser l’avenir la meilleure solution est de tenter de connaître les données et les variables de notre présent, ce qui se décide aujourd’hui, ce qui est mis en œuvre. Et ce rapport basé sur les commentaires et les analyses réalisées par des experts doit permettre au lecteur de s’interroger, d’essayer de penser à ce que sera le monde dans une vingtaine d’années… Quel monde offrira-t-il à ses enfants de vingt ans ?

La question est loin d’être oiseuse, vous ne trouvez pas ? Et je pense qu’elle a au moins le mérite d’en poser une autre : Comment participer à ce monde au lieu de le subir avec plus ou moins de bonheur ?

Une lecture nécessaire…

Le monde en 2035
Editeur : J’ai Lu

www.jailu.com

Le monde en 2035
4.0Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.