Le grand chambardement

Le grand chambardement

Ce qui m’a attiré vers ce livre, ce n’est pas l’illustration de l’auteur qui est en couverture, c’est ce qui figure en sous-titre : « Théâtre néo-pataphysique ». Je fus, il y a bien des lunes, disciple du bon docteur Faustroll imaginé par le bon Alfred Jarry et le néologisme de ce sous-titre aurait dû me mettre la puce à l’oreille. Il me semble aussi que la pataphysique – peut-être connaissez-vous quelques éminents Satrapes* du Collège de Pataphysique ? – mériterait une note de présentation à l’usage des lecteurs. Plus conséquente en tout cas que celle proposée en quatrième de couverture. A plus forte raison quand elle devient « néo »…

En quatrième de couverture, on nous dit que l’auteur est professeur de littérature française et francophone des XXe et XXIe siècles à Georgetown University (je serais curieux de voir son programme pour ce qui est du XXIe siècle). Pour ce qui est du XXe on précisera que Jarry n’en a vécu que sept ans… Après lecture, je ne sais toujours pas ce qu’est la « néo-pataphysique » et je crois que notre auteur confond le théâtre de l’absurde (Ionesco, Adamov) avec la Pataphysique… Nous sommes bien ici dans le jeu de mots pour le jeu de mots et assez loin de Jean Tardieu. Il me semble que l’on se situe dans la lignée de Raymond Devos. Plus près de Pierre Dac, autre jongleur dynamiteur de mots. On notera que le titre, qui rappellera sans doute à certains une chanson du regretté Guy Béart, fait référence à un grand chambardement politique…

Question : Est-ce que les comédiens qui porteront ce texte en scène auront plaisir à le jouer ?

Bonne lecture…

*Raymond Queneau, Boris Vian et Henri Salvador par exemple.

Le grand chambardement
Auteur : Pierre Taminiaux
Editeur : Harmattan

www.editions-harmattan.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.