S'abandonner à vivre

S’abandonner à vivre

Un fort beau titre que l’on peut interpréter de deux manières. Soit il s’agit d’un abandon lâche qui traduit une lassitude, un renoncement, soit il s’agit d’un choix de se la couler douce, de laisser la vie s’emparer de vous pour en tirer en pleine connaissance de cause le suc et tout le plaisir qu’elle peut offrir.

Je pense, Tesson choisit la deuxième proposition. Alors on l’écoutera plus facilement. Tout le monde sait, je suppose, qu’un certain Gustave Flaubert utilisait pour écrire son fameux « gueuloir ». Il écrivait le matin et l’après-midi il passait son texte à l’épreuve de l’oralité. Il le gueulait pour en mesurer l’équilibre, la musicalité, la force, la portée (vous avez remarqué ce mot « portée » et son double sens !). Là, est-ce un effet de la voix de l’auteur ? Est-ce un effet des textes ? Vous avez, à mon sens, tout intérêt à marquer une pause entre chaque texte, chaque audition. La musique du texte donnée par la voix est assez « monotone » dans la mesure où le phrasé se répète sans surprise et berce un peu. C’est un peu dommage car les textes de facture classique – façon Maupassant – sont intéressants. Se pose donc une question précise : fallait-il les faire lire par un vrai comédien, un lecteur professionnel ? Personnellement, je ne crois pas. Je pense que ces textes gagnent plus de portée lus de manière silencieuse. Ils sont écrits avec une minutie qui déroule du sens et des interrogations au fur et à mesure de la lecture. A l’audition ils n’accrochent pas de la même façon. Les sonorités des mots gênent leur vision, nous n’y prêtons pas la même attention. Nous entendons plus ce que dit le « comédien/lecteur  » que ce qu’a écrit l’auteur. En bref je pense qu’un texte comme « les égards » par exemple ne gagne rien à cette lecture à haute voix – au contraire, peut-être.

Dernier conseil : lisez les textes de Tesson avec vos yeux et comme vous les avez appréciés à leur juste valeur, écoutez-les. Là vous ne devriez pas être déçu.

Idéale lecture/audition pour les transports en commun, avec certitude de souvenirs.

S’abandonner à vivre
Auteur : Sylvain Tesson
Lu par : Sylvain Tesson
Editeur : Gallimard
Collection : Écoutez/lire

www.gallimard.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.