passeur d'âmes - extrait

passeur d’âmes – extrait

Il me semble que les albums de BD qui comportent plusieurs histoires devraient proposer aux lecteurs un sommaire ou une table des matières, pour qu’ils s’y retrouvent surtout quand les âmes passées sont sept, comme ici par exemple, pour un seul passeur.

L’illustration de couverture, hormis le fait qu’elle est aussi celle de la première histoire, ne vous donnera aucune indication quant aux récits intérieurs si ce n’est une information à propos du graphisme. Le dessin de Zhao – on rappellera que sa « Balade de Yaya » (éditions Fei) s’est vendue à 100 000 exemplaires en France – semble d’une raideur tirée au cordeau. Disons-le c’est la colorisation dans les tons pastels qui vient adoucir la force, la violence des angles droits. Ces tonalités pastel – fades ? – ont aussi le don de réduire la violence des récits, des histoires de mort. Et je me pose une question : est-ce que le fait d’adopter une mise en planche, page, case occidentale n’a pas pour effet d’édulcorer la force et le talent du dessinateur, en faisant rentrer sa créativité dans un moule qui ne lui est pas « naturel » ?

Je veux dire que la violence des histoires racontées ici – à la fois psychique et physique – visible par les déformations que subissent les visages sous son effet et les larmes au coin de l’œil me semble enfermée dans le carcan, les contraintes des planches… Les histoires sont teintées de fantastique mais il s’agit ici d’un simple procédé permettant de faire raconter a posteriori la vie de quelqu’un puisque Yan Jing – la passeur d’âmes – se charge, après avoir consigné la vie des morts, de les exfiltrer. Mon récit préféré se situe au milieu du recueil et s’intitule « La sorcière du bazar ». Pourquoi ? Parce que la dite sorcière a été surnommée « Gargamelle » par les enfants à cause de sa ressemblance avec le sorcier des Schtroumpfs… Mais je me pose une question : ce surnom est-il dû à un effet de traduction où les héros de cette histoire connaissent-ils les Schtroumpfs ?
Bonne lecture.

Passeur d’âmes
One-shot
Dessinateur et scénariste : Golo Zhao
Éditeur : Cambourakis

http://www.cambourakis.com/spip.php?article494

Une réponse

  1. Romain Kapps

    Depuis l’adaptation cinématographique des Schtroumpfs, ils ont effectivement bien pu percer en Chine ! De plus, aucun effet de traduction lorsque l’on voit dans l’arrière-plan une télévision qui retransmet des images de Gargamel et des Schtroumpfs. Bon, malheureusement, à côté de cela il y a quelques petites erreurs de traduction qui gênent un peu la lecture par moment.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.