En couverture : il y a deux photos et l’annonce d’une préface de Michel Mayor, prix Nobel de physique 2019. Et au fur et à mesure de ma lecture je me suis imaginé que si notre bonne vieille Lucy avait pu observer Mars à l’œil nu, après lui avoir attribué un nom, peut-être aurait-elle prononcé la phrase titre, c’est-à-dire que nous sommes peut-être les « Lucy » de ceux qui dans quelque lointain futur passeront des vacances sur Mars… Ce livre dresse un bilan actuel, il ne présage en rien des découvertes à venir et de la recherche technique.

Il est certain qu’en l’état actuel des connaissances et des techniques, les explorations humaines de Mars s’avèrent hypothétiques. Mais que représentent par exemple 26 mois de retard à l’échelle de l’âge des humains sur un plan prévu pour partir vers Mars quand cette planète est au plus près de nous ? Comment oser dire que l’on ne peut sur Terre faire de l’apesanteur alors que depuis 2015 la société Novespace utilise un Airbus A 310 pour du zéro G ? Comment s’inquiéter des effets psychologiques sur les humains de la durée du voyage vers Mars alors que l’on sait comment s’entrainer ? En fait, qui aurait pu dire en 1869 qu’un siècle plus tard quelqu’un marcherait sur la Lune ? Je veux bien admettre ce que Sylvia Ekström et Javier G. Nombela me disent mais qu’en sera-t-il de mes arrières-arrières-petits-enfants ? Quand on me disait que les personnes qui mouraient montaient au ciel, comment aurais-je pu croire qu’une fusée pouvait envoyer un cercueil dans l’espace ? Les deux auteurs insistent sur le fait que Galilée a braqué sur le ciel une lunette utilisée par les militaires, or j’ai toujours appris l’inverse. Puisqu’étudier le ciel était mal vu, il fallait justifier l’usage de la lunette…

Attention ! Pirouette ! Je dirai que l’homme aimant se lancer des défis, le problème de la conquête de Mars – au fait c’est le dieu de quoi chez les Romains ? – c’est comme pour la guerre : l’argent… L’argent de la recherche…

Bonne lecture.

Nous ne vivrons pas sur Mars, ni ailleurs
Auteurs : Sylvia Ekström & Javier G. Nombela
Editeur : Favre

www.editionsfavre.com

Nous ne vivrons pas sur Mars, ni ailleurs
3.5Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.