Louise Bourgeois, femme maison

Avec une préface de Xavier Girard et un avant-propos de Marie-Laure Bernadac dont, pour une fois, je ne vous recommanderai pas la lecture une fois le livre terminé. Lisez-les tout de suite, ils aident à regarder les photos, ils les rendent familières. Et si être familier des photos de famille vous les rend peut-être pénibles, la familiarité avec les photos d’artistes, de créateurs tisse un lien.

On supposera que, plus ou moins comme tout le monde, vous commencez par regarder les images, ne vous laissant accaparer par le texte en regard que s’il est court. Vous vous « familiarisez ». Ensuite, vous pouvez lire et voir et, comme vous le constaterez vite, il y a complémentarité. Le texte ne dit pas ce que montre l’image, il commente. On supposera que le choix des textes est dû au photographe.

L’important est qu’il a su donner à voir non l’artiste mais l’individu à part entière. Il a su faire que l’intelligence du regard nous observe, que la dame se montre discrètement juste pour le secret plaisir de se montrer. Le peu des œuvres-brouillons-esquisses-rejets que nous voyons est encore plein de l’élan créatif qui les a fait naître, nous voyons l’artiste en eux. Cette dame dont « les phallus » et « les araignées » ont pu « choquer » est d’une rare densité humaine. Recommencez à lire et à regarder, vous allez voir… J’ai noté pour vous trois repères pages 70/71- 74/75- et 123.

Et je vous recommande de penser aux cadeaux de fin d’années, demandez-vous s’il n’y a pas dans votre entourage quelqu’un que ce livre pourrait intéresser.

En attendant, bonne visite.

Louise Bourgeois, femme maison
Auteur : Jean-François Jaussaud
Editeur : Albin Michel

www.albin-michel.fr

Louise Bourgeois, femme maison
5.0Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.