Tome 2

Yuri (le noble Achra) fils d’un célèbre joaillier et Ran (le pauvre Gathyia) sont restés de bons amis, malgré les tensions et le rang qui séparent leurs communautés. Le premier enfant s’est engagé à instruire le second. Ils se rendent quotidiennement chez le libraire pour lire en cachette. Le Manuscrit qu’ils partagent, parle d’une zone montagneuse riche et lointaine, le Yuzhinge, dans cette région vivent diverses ethnies en harmonie avec la nature…De nouveaux personnages d’influence font leur apparition dans ce deuxième tome. Il y a la famille royale composée du seigneur Ishra (le gouverneur général de la province) et de sa nièce Lelyssa chargée de superviser les préparatifs de la Fête de la Fondation. On apprend que le père de Lelyssa a été assassiné six ans auparavant par un Gathyia. Une tragédie qui a grandement contribué à la séparation des deux peuples. Petit rappel: Dans une société régie par un système de castes, les Gathiyas sont voués à une vie de misère. Ils ne sont pas considérés comme de véritables citoyens et sont privés de nombreux droits. Les membres de la caste supérieure sont les Achras. Ils exercent la profession qu’ils souhaitent, ont accès à l’éducation et peuvent ériger toutes sortes de lieux de culte.

Le second tome de la série Lost Children, est divisé en trois chapitres (Injustice, promesse et Clash). Il comprend deux bonus: La librairie de M. Mohan et Un matin dans la vie de Ran. Cette fois-ci, le récit se focalise sur la famille des deux héros. Dans ce nouvel ouvrage, la Fantasy est toujours aussi réaliste. L’auteure, Tomomi Sumiyama, nous offre une suite assez originale. Plus axée sur la famille et les sentiments, cette deuxième partie de l’histoire nous relate principalement des événements liés à la jeunesse des protagonistes et donne une vague idée des prémices du futur conflit. Beaucoup moins violente que le premier épisode, cette suite n’apporte malheureusement pas assez d’informations pour comprendre la tragédie à venir. Après un cursus spécialisé en arts plastiques et des études à Paris, Tomomi Sumiyama a appris les techniques de dessin digital en travaillant comme designer graphique dans une société de jeux vidéo. Pour améliorer sa technique, elle s’est inspirée de planches de divers illustrateurs dont certains célèbres mangakas. L’univers de Lost Children s’avère être moins complexe que prévu. Après la lecture des deux premiers mangas on saisit, pour ainsi dire la trame de l’histoire. Les nombreux flash-back freinent passablement l’avancée du récit. On se perd dans des détails et la tension a baissé d’un cran.   Reste à savoir si le troisième opus sorti il y a quelques mois (en décembre 2018) arrivera à redonner un semblant de suspense et plus de vivacité à une histoire assez stagnante.

 

Auteur: Tomomi Sumiyama / Création originale

Éditions Kioon

Adaptation Graphique : Erwan Lossois

Lost Children – Une suite de qualité !
2.5Note Finale
Note des lecteurs: (0 Vote)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.