Les invisibles

Les invisibles

Un recueil de nouvelles (onze) qui trace un portrait de l’Amérique. D’une Amérique singulière. D’une Amérique peuplée de « petites gens », presque les mêmes que ceux qui hantent les tableaux de Edward Hopper.

Dans les tableaux, les gens ont l’air « absents », loin du monde et pourtant là. Dans les nouvelles, l’auteur nous les présente juste au moment où ils prennent de l’importance. Ils n’y sont pour rien, ils sont victimes des circonstances. Imaginez un monde de grisaille percé à intervalles irréguliers par la lumière crue d’un projecteur. La nouvelle qui ouvre le recueil est effrayante de banalisation et pourtant. Imaginez une maîtresse d’école obligée de rester plus longtemps parce qu’un père chômeur tarde à venir chercher son fils qui est le souffre-douleur d’un autre enfant. Et deux voyous drogués surgissent. Ce qui se déroule est simple et violent, simple fait divers mais nous laisse pantois. Cela incite à lire le reste et peut-être serez-vous d’accord avec moi pour estimer que le texte qui donne son titre au recueil est celui qui marque le plus. Son « héroïne » a été qualifiée par sa mère même d’invisible. Et sa caractéristique est de ne jamais être remarquée, je n’ai pas dit se faire remarquer. Tout se passe comme si on ne la voyait pas. Son autre particularité est de remarquer les autres invisibles… Elle a repéré la camionnette avec laquelle le tueur en série a kidnappé ses deux amis. Mais personne n’a vu cette camionnette… Regardez bien autour de vous. Si vous lisez dans les transports en commun, levez un temps les yeux de votre livre ou journal et tâchez de repérer ceux et celles qui autour de vous sont invisibles… Je suis sûr que vous risquez d’en trouver plus que vous l’auriez pensé.

Bonne lecture.

Les invisibles
Auteur : Hugh Sheehy
Editeur : Albin Michel
Collection : Terres d’Amérique

www.albin-michel.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.