Philippe Martin, inspecteur de police français, arrive à Barcelone sur la demande des Mossos d’Esquadra (police de Barcelone). Ils ont sur les bras le cadavre d’une jeune femme, Emma Bellamy Martin. Selon sa lettre d’adieu, tout porte à croire qu’il s’agit d’un suicide. De plus, elle pourrait bien être sa fille, étant donné qu’elle porte le nom de son ex-femme qu’il n’a pas revu depuis vingt-cinq ans… et le sien. Son ancienne compagne, elle, est persuadée que sa fille a été assassinée. Emma était doctorante en histoire de l’Art et passionnée par le peintre Carles Casagemas, l’ami d’enfance de Picasso. Mais passionnée jusqu’à quel point ? Jusqu’à cacher la vérité ? Et si Alvaro, son dernier petit-ami, n’était pas si innocent que ça ? Ce gosse de riche prétentieux cache quelque chose. Nous suivons l’inspecteur Martin dans une enquête dangereuse entre bourgeoisie et Mafia espagnole.

 

 

Nous avons ici l’essentiel des codes du polar noir. Un héros avec une problématique émotionnelle, des mafieux bien méchants, et un meurtre déguisé en suicide. Le scénario de l’espagnol Raule n’est pas incroyable, mais il est bien monté, et les rebondissements de l’affaire donnent envie de poursuivre la lecture et connaître le mot de la fin. Le dessin de Philippe Berthet, dans la lignée des comics américains (nous le connaissons surtout avec la série Pin-Up), se prête parfaitement à l’intrigue. Il nous propose des cadrages un peu différents pour rajouter à la tension et à l’ambiguïté parfois très fine des relations humaines. Un bon polar pour les amateurs du genre.

 

Scénario: Raule

Dessin: Philippe Berthet

Editions Dargaud

L’Art de Mourir – Polar, Tatouages et Société
4.0Note Finale
Note des lecteurs: (0 Vote)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.