Warning: A non-numeric value encountered in /home/clients/69f240c24f67ed29e8afc4785d2ca8a1/web/wp-content/themes/valenti/library/core.php on line 1606

Warning: A non-numeric value encountered in /home/clients/69f240c24f67ed29e8afc4785d2ca8a1/web/wp-content/themes/valenti/library/core.php on line 1606

Warning: A non-numeric value encountered in /home/clients/69f240c24f67ed29e8afc4785d2ca8a1/web/wp-content/themes/valenti/library/core.php on line 1606

La sagesse du septième art

Avec pour sous-titre : Répondre aux grandes questions avec le cinéma anglo-saxon et pour ceux qui ne l’auraient pas reconnu (?) l’illustration de couverture est tirée de « Lawrence d’Arabie » de David Lean et l’on peut y reconnaître le profil de Peter O’Toole…

Entre nous, c’est le genre de livre que j’affectionne parce qu’il permet généralement de changer d’avis en douceur, de découvrir des choses que l’on n’avait pas su voir… Mais je vais me permettre de regretter l’absence d’un index des films cités. Pourquoi ? Parce que je peux avoir envie de me contenter de feuilleter et de chercher un film que j’ai vu pour lire ce que l’auteur en dit. Pour répondre aux grandes questions, l’auteur a classé trente réalisateurs en deux catégories. Les Profanes, ceux par lesquels il commence. Les Sacrés qui s’ouvrent sur Scorsese et s’achèvent sur Spielberg. Un conseil : faites votre liste des trente et posez-vous deux questions. Lesquels connaissez-vous, au moins de nom ? Combien avez-vous vu de leurs films ? Question subsidiaire : de quels films vous souvenez-vous ? Il n’est pas interdit d’aller vérifier que votre médiathèque a de quoi vous montrer un ou deux des principaux titres cités. Même si vous êtes cinéphiles, et à plus forte raison si vous ne l’êtes pas, vous fréquentez les salles obscures ou les DVDthèques soit pour vous détendre et passer du bon temps, soit parce que vous trouvez au cinéma de quoi vous faire une idée du monde et des réponses aux questions que vous vous posez. Que vous avez comme on dit à Cannes : « un certain regard » sur le monde et la vie. J’ai, pour ma part, été assez surpris de constater qu’il n’y avait guère que deux ou trois metteurs en scènes que je connaissais mal sur les trente et que je gardais de bons souvenirs d’un bon nombre de films.

Si par hasard vous aviez l’impression de ne pas vraiment trouver les réponses, il me semble que les analyses de Jean-Philippe Costes pourraient vous inciter à regarder différemment les images ou à revoir au hasard : « Asphalte Jungle » ou « La piste des Géants »…

Bonnes lectures, bonnes séances.

La sagesse du septième art
Auteur : Jean-Philippe Costes
Editeur : Liber

www.editionsliber.com

La sagesse du septième art
5.0Note Finale

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.