La route de la conquête

La route de la conquête

Ma première remarque va peut-être vous sembler désobligeante mais je me vois mal passer sous silence la discrétion de la couverture de ce livre. L’illustration en est assez subtile mais le titre et surtout le nom de l’auteur en sont peu ou pas lisibles… C’est dommage. D’autant plus que ce recueil se doit de figurer dans votre bibliothèque.

Pour vous comme pour moi, je suppose qu’il y a des chansons, des images qui vous touchent plus facilement que d’autres en matière de littérature. Peut-être que cette émotion est plus rare, elle dépend de notre façon de lire plus que de ce qui est écrit je crois. Et ce recueil m’a ému. D’abord parce qu’il crée un monde et que les personnages sont touchants d’humanité. Je vous ai déjà parlé de l’auteur à propos d’une trilogie fantastique. Là je crois que l’on peut ranger ces nouvelles aussi bien en science-fiction qu’en fantasy et en fait ce type de classement peut paraître artificiel. Car une fois entré dans une histoire on est pris par ce qui arrive aux personnages. Je vous laisserai découvrir les six textes (dont deux sont inédits) pour m’intéresser particulièrement à celui qui donne son titre au recueil. Pourquoi ? parce que les deux personnages principaux en sont des femmes. Il n’est pas facile d’endosser une personnalité du sexe différent et surtout de la rendre crédible. Stannir Korvosa, commandante suprême de la Septième Légion de l’Empire d’Asreth, est prête à envahir, rattacher au reste de l’Empire, l’Océan vert qui s’étend devant elle. Une steppe d’herbe mouvante dont les premiers explorateurs ont dit qu’elle recelait un trésor en minerai énergétique. La population – les Umsaïs – de cet océan est une population nomade qui vit en accord avec la nature jusqu’à réguler sa démographie grâce à des choix alimentaires. Méléanth Vascay, jeune lieutenant, est le second de Stannir, elle est fraîche émoulue de l’école militaire de l’Empire et fière de son respect des lois. Stannir va comprendre que détruire, soumettre ce coin de planète serait une folie par rapport à la population et agir en conséquence. On a par endroits l’impression de lire de l’Ursula K. Leguin. En tout cas on prend conscience que les personnages pèsent avec intelligence et humanité le pour et le contre de leurs actes et décisions, on mesure ce qu’ils ont de vivant.

Le reste est du même niveau, aussi je ne saurais trop vous recommander de lire l’autre recueil déjà publié et de vous précipiter dès la sortie du prochain.

A lire bien sûr dans l’ordre qui vous convient.

La route de la conquête
Auteur : Lionel Davoust
Éditeur : Critic

http://editions.librairie-critic.fr/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.