Imaginez une sorte de réseau social géant, répliqué sur notre univers et basé sur la science, où l’on rentrerait à l’aide d’un casque de réalité virtuelle et où il serait possible d’être n’importe qui et d’aller n’importe où, sur des planètes inconnues, faire la course dans des vaisseaux spatiaux, entre autres…

 

Eh bien voilà, bienvenue dans le Bolchoï, et ses 3’500’000’000 joueurs à travers le monde.

Dans un futur proche, Marjorie, étudiante en sciences, débute dans le jeu. Sa copine Dana la guide et lui explique les règles. Marje, bien que débutante, va très vite trouver ses repères dans le jeu et jouer à la cow-girl là où elle n’est pas supposée le faire. Elle découvre un monde cosmique totalement fascinant et se découvre des talents cachés plutôt recherchés pour évoluer dans le jeu. Mais la plateforme commence à avoir des bugs. Que se passe-t-il lorsque son personnage meurt, mais qu’il est impossible de reprendre conscience de son corps afin d’enlever son casque ?

 

Le scénario de cette histoire est mené avec brio par Boulet, qui nous a déjà habitué à beaucoup de très bons albums, et qui mêle ici la réalité virtuelle, les jeux vidéo et la science-fiction. On a très vite envie d’en savoir plus, de voir où cette histoire de Bolchoï va nous emmener. Le dessin rétro-futuriste aux couleurs pastel d’Aseyn est parfait pour le récit et colle très bien à l’univers de Boulet. Un coup de cœur spécial pour la jaquette originale de l’album et pour les bonus en réalité augmentée.

Elle sort quand déjà la suite ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.