Une île si tranquille

Clet Postec est gendarme et il a eu l’autorisation de venir assister à l’enterrement de son beau-père. C’est-à-dire qu’il revient sur l’ile qu’il a quittée il y a vingt ans. Son beau-père était le chef retraité de la Guardia Civil locale. Le lendemain, une tempête interdit tout départ de l’île et rejette sur le rivage le corps d’une Française vivant sur place.

La police locale demande son aide à Clet et ce dernier va, secondé par le fils du défunt, Paco, enquêter à sa façon. Et, rassurez-vous, vous comprendrez et saurez quels rapports le gendarme entretient avec l’île et ses habitants. Vous avez compris : une bonne partie de l’histoire repose sur la « confrontation » entre le passé et le présent. Le passé c’est le refuge que les Allemands ont trouvé sur l’île et la répartition des terres. Le présent c’est la recherche du touriste et des profits qu’il apporte. Il est bien sûr question de projet immobilier et de bornage et, on s’en doute, de personnages sympathiques, couleur locale, qui se contentent d’exister. Vous en savez bien assez pour avoir envie de lire. Faites cependant attention : il n’est pas évident d’imaginer l’île dont il est question ici prise dans une tempête surtout quand on les connaît envahies par les touristes. Cela devrait vous changer. Donc n’emportez pas ce livre pour lire en vacances, gardez le pour vos transports en commun, ceux où des publicités ensoleillées vous feront des clins d’œil. Et lisez-le lentement comme vous sirotez un verre, pour mieux goûter les accents et vous souvenir des senteurs iodées. Faites attention, cela se lit très vite.

Bonne lecture.

Une île si tranquille
Auteur : Jean-Pierre Lefebvre
Editeur : Héloïse d’Ormesson

www.editions-heloisedormesson.com

Une île si tranquille
4.0Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.