Warning: A non-numeric value encountered in /home/clients/69f240c24f67ed29e8afc4785d2ca8a1/web/wp-content/themes/valenti/library/core.php on line 1606

Warning: A non-numeric value encountered in /home/clients/69f240c24f67ed29e8afc4785d2ca8a1/web/wp-content/themes/valenti/library/core.php on line 1606

Warning: A non-numeric value encountered in /home/clients/69f240c24f67ed29e8afc4785d2ca8a1/web/wp-content/themes/valenti/library/core.php on line 1606

Une éducation sans école

C’est presque à chaque fois pareil, je choisis de parler de tel ou tel livre et souvent je me trouve à devoir lire un livre qui partage mes idées. Un qui, suivant l’expression consacrée, prêche un convaincu. Il m’est alors difficile d’expliquer à d’autres que ce que dit l’auteur est passionnant pour vous lecteur. Là en plus cela touche pour moi à quelque chose d’essentiel… Si vous suivez mes chroniques peut-être vous souvenez-vous que je vous ai déjà dit que l’école devrait d’abord apprendre à penser par soi-même. Thierry Pardo nous explique ici à quoi sert l’éducation… En bref : à préparer à la professionnalisation. Vous le saviez sans doute et, vu la société de notre époque, vous estimez que c’est un bien. De ce strict point de vue, ce n’est peut-être pas mal effectivement mais sur le plan de l’individu, de son accomplissement, de son bien être psychique, est-ce réussi ?

Lisez d’abord ce qui justifie le choix de l’auteur de cette éducation sans école et puis allez lire directement les résultats de son expérience personnelle… Cela devrait au moins vous poser le problème du choix. Et ce choix soulève quelques questions : comment le sans école s’intègre-t-il à ceux qui en sortent ? Le sans école est-il « performant » aux yeux de la société ? Car c’est bien là que se situe le nœud du problème : comment intégrer le sans école à la société qui l’environne ? Une société qui oublie très facilement qu’elle numérote les pages de ses livres avec des chiffres arabes – ceux qui ont inventé le zéro et l’algèbre – ; une société qui sélectionne par le diplôme et laisse sur le bord du chemin ceux qui n’en ont pas…

Thierry Pardo apporte son témoignage et ce n’est pas rien parce que le problème n’est pas nouveau. Rappelez-vous, un certain Michel de Montaigne nous disait en son temps : « Mieux vaut une tête bien faite qu’une tête bien pleine. « 

Bonne lecture.

Une éducation sans école
Auteur : Thierry Pardo
Editeur : Écosociété

www.ecosociete.org

Une éducation sans école
4.0Note Finale

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.