Texto

Une fort réussie illustration de couverture. Ilya – mesdames et messieurs les traducteurs/trices ne pourriez-vous préciser en note si le prénom du personnage principal est porteur ou non d’une signification particulière – revient chez lui à Moscou après avoir purgé une peine de sept ans de prison. Il veut rentrer dans le rang et se comporter en bon citoyen. Il a passé ces sept ans dans une région de Sibérie riche en camps pénitentiaires – la Zone – à cause d’un officier de la brigade des stupéfiants véreux qui l’a piégé par pure mesquinerie. A l’époque, Ilya fréquentait une jeune femme qui, bien sûr, a depuis vécu sa vie. Ilya ne retrouve pas non plus sa mère qui est hospitalisée et passe sa première soirée de liberté à boire seul… Et l’auteur précise : « Il but avec les frères Strougatsky, avec Platonov, avec Essenine. »

Petite question avant d’aller plus loin : qui, ayant lu cette phrase, va aller chatouiller un moteur de recherche pour savoir qui sont ces gens ? Et accessoirement qui les connait ? On peut noter deux particularités : Essenine est l’auteur de « Confession d’un voyou » et le titre original de Platonov renvoie à « Absence de père ». Vous ferez un lien avec Ilya. Notre à nouveau libre boit tellement qu’il se saoule et décide de rencontrer l’officier qui l’a fait emprisonner et le tue…

Comme Ilya ne veut absolument pas retourner dans la Zone, il n’a qu’une solution : maintenir en vie l’officier. Le titre vous donne la solution. Comme il dispose du téléphone de sa victime, Ilya doit tout mettre en œuvre pour faire croire que le personnage est vivant. Il va devoir endosser la personnalité du méchant avec ce que cela implique…

Une excellente idée, bien traitée avec une critique insidieuse d’une société qui façonne des individus de cette sorte…

Bonne lecture.

Texto
Auteur : Dmitry Glukhovsky
Editeur : L’Atalante

www.l-atalante.com

Texto
4.0Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.