Warning: A non-numeric value encountered in /home/clients/69f240c24f67ed29e8afc4785d2ca8a1/web/wp-content/themes/valenti/library/core.php on line 1606

Warning: A non-numeric value encountered in /home/clients/69f240c24f67ed29e8afc4785d2ca8a1/web/wp-content/themes/valenti/library/core.php on line 1606

Warning: A non-numeric value encountered in /home/clients/69f240c24f67ed29e8afc4785d2ca8a1/web/wp-content/themes/valenti/library/core.php on line 1606

Juste à temps pour Halloween Luigi’s Mansion débarque dans un portage sur Nintendo 3DS. Que le temps passe vite. 17 ans déjà que Luigi nous offrait sa vraie première aventure solo. Un classique pour les amateurs de la Nintendo GameCube, Luigi’s Mansion nous met dans la peau d’un chasseur de fantôme à la sauce Nintendo.


Alors qu’on aurait pu s’attendre à le voir arriver sur Switch, Nintendo nous surprend à le sortir sur 3DS. En même temps, ce n’est pas un hasard non plus. Cela complète la collection avec l’excellent Luigi’s mansion 2 (Dark Moon) déjà sorti sur 3DS il y a quelques années. Cette version 3DS est un portage de la version originale sortie sur GameCube en 2001 (2002 en Europe). Entre le changement de résolution, la puissance et l’architecture différentes des deux machines, Nintendo et Grezzo (Ocarina of time et Majora’s Mask sur 3DS), en charge du portage, ont pu faire certaines améliorations, mais ils ont dû faire aussi quelques concessions et utiliser d’autres techniques pour recréer le jeu au mieux afin d’être le plus proche possible de l’original.

Luigi’s Mansion, c’est un jeu de la famille des Mario dans lequel Luigi, muni d’un aspirateur un peu spécial, doit nettoyer chaque pièce d’un manoir hanté de fantômes. Concept des plus étonnant, Luigi’s Mansion surprend par son originalité, du moins en 2001. Le jeu mêle habilement, le lugubre et le spooky avec l’humour et la légèreté. Toujours bon enfant et truffé d’humour, Luigi’s Mansion est tout public. Ça ne fait pas peur et c’est plutôt rigolo. On est plus proche du Casper le fantôme et de The Haunted Mansion avec Eddy Murphy que de The Haunting, The Shining ou autre film d’horreur pour adulte. L’aspirateur dans le dos de Luigi rappel aussi les Ghostbusters. Les inspirations pour ce titre sont multiples.

L’histoire est un peu plus originale que celles de son frère Mario. Luigi a gagné un manoir à un concours auquel il n’a même pas participé. En se rendant sur place chercher son lot, notre héros très peu courageux découvre un endroit des plus lugubre. Prenant son courage à deux mains le plombier tout de vert vêtu s’aventure à l’intérieur. C’est un piège. Le manoir est hanté et infesté de fantômes. Attaqué par des spectres, Luigi est sauvé par le professeur K. Tastroff et son aspirateur à fantôme, l’ectoblast 3000. Trop vieux pour ces bêtises, K. Tastroff donne son ectoblast à Luigi et l’envoi à sa place pour nettoyer pièce par pièce l’immense château et retrouver Mario qui a disparu. Dans son aventure, Luigi découvrira des fantômes qui continue de s’adonner à leurs passions souvent dans des situations rigolotes.

Évidemment, Luigi n’arrivera pas à se balader à sa guise dans le manoir. La plupart des portes sont fermées à clé. À lui de trouver les clés pour avancer. Luigi doit trouver les bonnes chambres ouvertes pour les nettoyer des fantômes qui y résident pour obtenir les clés suivantes qui lui donneront accès à la suite de son aventure. Pas d’inquiétude, le jeu indique très bien sur la carte la destination suivante. Le jeu est très linéaire, en fait. Par contre, on fait énormément d’aller-retours, car les raccourcis d’un étage à l’autre sont rares. Merci au double écran de la 3DS, la carte est affichée tout le temps ce qui évite des va-et-vient dans les menus comme c’était le cas sur GameCube.

Il y a plusieurs types de fantôme à combattre. Il y a les ennemis de base, qui sont là pour faire peur et mettre des bâtons dans les roues de notre cher Luigi. On se balade avec sa lampe torche et lorsqu’un fantôme s’approche, on l’éclaire pour le surprendre. Ensuite on l’aspire avec l’ectoblast 3000. Le fantôme tentera de s’enfuir. Il faut le retenir en appuyant dans la direction opposée.

Il y a les 22 fantômes principaux qui hantent chacun une pièce du manoir. Plus sophistiqués et plus coriaces que les sbires de base, Luigi devra souvent faire preuve d’observation et d’imagination pour attirer et énerver les fantômes. C’est la que le jeu est le plus intéressant. On joue avec les miroirs, les ombres, le feu, l’eau, le bruit, la musique, ou encore la nourriture. Ce qui est génial, c’est de découvrir les différentes pièces du manoir. Il y a les chambres à coucher, les salons de thé, les toilettes, les garde-robes, les cuisines, la salle de bal, mais aussi le cimetière, la salle de musique ou la salle de sport et bien d’autres. Sans oublier le sous-sol et ses caves ainsi que le grenier. C’est pas mal bien fait. Le jeu n’est pas très long. Il faut compter 6 à 7 heures pour le finir. C’est suffisamment long pour un jeu de la sorte, qui malgré tout ne renouvelle pas vraiment sont gameplay au fil du jeu. Il y a, certes, les pouvoirs de feu, glace et eau, mais il n’apporte pas grand-chose au gameplay.

Luigi’s Mansion c’est avant et pour tout, un jeu d’ambiance. Luigi est un personnage de nature assez craintive et on le ressent tout au long du jeu. Agrippé à sa lampe torche, Luigi avance à pas de souris sur la pointe des pieds. Il sursaute au moindre bruit. On entend dans sa voix la frousse qui l’habite lorsqu’il appelle son frère. La musique du jeu est aussi mythique. En plus de rester dans la tête, Luigi n’arrête pas de la fredonner avec sa voix hésitante. Le manoir s’illumine petit à petit dans le jeu. On passe du lugubre à la lumière et Luigi prend en assurance. Il siffle et marche avec plus d’aplomb.

Parlons un peu du portage. Alors oui, le jeu est moins fin que sur GameCube. Mais attention. Premièrement, la version GameCube s’affichait sur un téléviseur SD à l’époque et pas un écran portable de moins 5 pouces maximum. Deuxièmement, pas mal de vidéo le compare à la version GameCube tournant sous émulateur en haute résolution, avec lissage, et autres traitements d’images. Sur la vraie GameCube sur un écran cathodique, c’était autre chose. Ce n’est pas vraiment comparable. Cela étant dit. On est sur un portage plutôt correct en ce qui concerne les graphismes et les performances pour un jeu 3DS. Le jeu tourne bien la plupart du temps. En solo j’ai remarqué quelques rares chute du framerate, mais rien de bien méchant et cela sur une New 3DS ainsi que sur une 3DS classique.

Par contre un point noir du jeu est sa jouabilité. La 3DS étant dépourvue d’un second circle pad ou stick analogique, il est assez fastidieux d’utiliser convenablement la lampe ou l’aspirateur tout en se déplaçant. Ce qui est souvent compliqué à faire c’est se déplacer et tourner en même temps ou même visé en hauteur. Pour viser plus haut ou plus bas, il faut utiliser le d-pad (croix directionnelle). Pas pratique puisque le d-pad est du même côté que le circle pad. Sur New 3DS, on peu utiliser le C-stick. C’est mieux, mais on est encore loin d’être parfait.

Cette version 3DS apporte aussi son lot de nouveautés. Grezzo a retravaillé l’interface qui est plus simple et élégante, mais aussi les textures du jeu, les animations, changé des effets de lumières comme le lens flare de la lampe de Luigi. Si on perd parfois d’un côté comme avec les ombres dynamiques, on gagne un peu sur le côté ambiance. C’est plus sombre et lugubre et surtout avec une 3D stéréoscopique qui fonctionne à merveille. Le jeu était taillé pour être en 3D. C’est chose faite. Niveau profondeur 3D, c’est top. Le jeu est très similaire, mais si on les compare côte-à-côte on remarque de petits changements de directions artistiques pour offrir une ambiance plus riche, lugubre et oppressante que l’original. C’est très malin, cela donne un nouveau cachet au jeu.

Luigi’s Mansion 3DS propose aussi un mode coopératif afin de jouer à deux. Comme souvent avec les jeux auxquels on décide d’ajouter un mode deux joueurs après le développement, ce n’est pas la joie. Donc, déjà pour jouer correctement, il faut deux consoles et deux fois le jeu. Un mode téléchargement permet de jouer avec 1 seul jeu, mais on n’a pas accès au manoir de la quête principale, mais seulement l’entrainement et la salle aux tableaux. Donc deux jeux et ensuite il ne faut pas s’attendre à des miracles. Le mode coop a été greffé maladroitement pour ajouter un argument de vente derrière la boite dans les magasins. En gros, le joueur 2 est GLuigi, un Luigi tout vert provenant du professeur K. Tastroff du futur. Il est là pour épauler Luigi dans sa quête. Dans les faits, GLuigi est en support pour les combats avec Luigi. A part ça, pas grand-chose. Il n’est pas libre d’aller où il veut, il est restreint à la pièce où est Luigi. Il ne peut pas ouvrir de porte, ni ramasser d’objets. En plus, en mode coop, les performances du jeu tombe rapidement et régulièrement pour un confort de jeu des plus dégradé. Ce mode coopératif ne doit pas être un argument de vente à l’achat du titre. C’était une bonne idée, mais les restrictions et les pertes de performances plombe complétement l’initiative.

Luigi’s Mansion est un jeu vraiment chouette avec un concept original. Si l’idée de base est excellente, on regrette le manque de renouvellement dans le gameplay ainsi que dans les environnements. Même s’il y a pleins de salles différentes, on reste cloisonné dans un seul et même manoir. En fait, c’est la faute à Luigi’s Mansion 2 qui lui était plus varié dans son gameplay et proposait beaucoup plus d’environnements et de thèmes différents. C’est souvent le souci de comparé le portage d’un premier opus avec un second déjà sorti. Cela étant dit, Luigi’s Mansion 1 est très bon et je ne pourrais que vous conseiller de jouer aussi au 2 qui est encore meilleure, à mon avis, en attendant le 3 sur Nintendo Switch l’an prochain. Luigi’s Mansion est un portage honorable d’un jeu GameCube sur 3DS. Le jeu est assez fidèle à l’originale. Les seuls points noirs sont le nouveau mode coopératif qui, même si c’est parti d’une bonne intention, n’est pas très plaisant au final. Déjà, on nous bride le jeu si on n’a pas deux fois le jeu. Et, ensuite, le deuxième joueur est en support, mais il n’est pas libre, il ne peut rien ramasser. Il ne sert pas à grand-chose. C’est très frustrant et en plus les performances du jeu chutent drastiquement. Deuxième point noir, la jouabilité. Il est assez compliqué d’utiliser, surtout verticalement, la lampe ou l’ectoblast tout en se déplaçant. Heureusement ce n’est pas primordial. Le jeu n’est pas très difficile. Il me parait même plus facile qu’à l’époque. Par contre le gros plus c’est la 3D qui donne tout son sens à ce genre de jeu. Il y a de la profondeur. Si le scénario, le gameplay sont identique, les graphismes sont difficiles à reproduire avec 100% d’exactitudes. Le résultat est très proche en considérant la différence d’architecture des deux machines. Il y a du plus et du moins, mais globalement c’est du bon boulot de Grezzo. On retrouve pratiquement le même plaisir qu’il y a 17 ans avec cette version 3DS que l’on peut emporter partout avec soi.

Les plus :

  • L’ambiance du jeu
  • Un concept simple et plaisant à jouer
  • La musique du jeu
  • Subtilement enrichi graphiquement pour une meilleure ambiance
  • Le comportement froussard de Luigi
  • Le professeur K. Tastroff (sa voix)
  • Les différentes pièces du manoir
  • L’humour dans le jeu
  • Double écran pour afficher la carte
  • La 3D stéréoscopique

Les moins :

  • Le mode coop frustrant et pénalisant
  • Tourner et avancer en même temps sans second stick
  • La perspective dans certains cas
  • Moins fluide que sur GameCube
  • On l’aurait préféré sur Switch

 

Développeur : Grezzo
Éditeur : Nintendo
Date de sortie : 12/10/2018
Plateformes : Nintendo 3DS

Genre : Action/Aventure

Luigi's Mansion 3DS
4.0Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.