Warning: A non-numeric value encountered in /home/clients/69f240c24f67ed29e8afc4785d2ca8a1/web/wp-content/themes/valenti/library/core.php on line 1606

Warning: A non-numeric value encountered in /home/clients/69f240c24f67ed29e8afc4785d2ca8a1/web/wp-content/themes/valenti/library/core.php on line 1606

Warning: A non-numeric value encountered in /home/clients/69f240c24f67ed29e8afc4785d2ca8a1/web/wp-content/themes/valenti/library/core.php on line 1606

Le chant des revenants

Sur le dernier rabat de ce livre vous trouverez une phrase de Margaret Atwood… Mais avant de suivre le conseil qu’elle vous donne, je vous proposerai pour ma part de vérifier si dans votre discothèque figure, d’abord, du Billie Holiday et ensuite une chanson particulière intitulée Strange Fruit dont j’ai déjà dû vous parler… si vous n’avez pas, comblez au plus vite cette lacune et passez en boucle pendant votre lecture du John Lee Hooker ou autre bluesman (vous pouvez aller jusqu’à Lyle Lovett).

Jojo a une petite sœur prénommé Michaela – son père, un blanc qui est en prison, s’appelle Michael. Ils vivent avec leurs grands-parents. Mam, la grand-mère a un cancer. Leur mère, Leonie, est toxicomane et hantée par le souvenir de son frère mort lors d’un accident de chasse avec des blancs. Le père est sur le point de sortir de prison et Leonie entraîne ses enfants et une amie vers la sortie de prison. C’est dense et d’une rare violence. Oh ! pas de cette violence sanglante qui fait les beaux jours de certaines missions impossibles, non ! une violence lourde, méchante qui ne dit son nom qu’à celui ou celle qui la subit et encore pas toujours.

Attention, ce n’est un livre que l’on peut se contenter de lire d’une traite. Il fait s’imprégner de l’ambiance d’abord puis bien percevoir Jojo et ses rapports avec sa sœur. Cela vous permettra de noter ce qui peut soutenir la vie de ces personnes : la foi, la croyance mêlée de superstition qui fait prier « les mères, Mami Wata et la Vierge Marie, la mère de Dieu » et attribue du pouvoir aux herbes et aux amulettes. Attention, surtout ne considérez pas ce que vous lisez comme un rapport d’ethnologue. Ce roman parle de vrais gens et non de sujets d’études.

Une fois la lecture achevée on laissera reposer quelques jours et on feuillettera quelques pages pour voir ce que la mémoire en a gardé.

Bonne lecture.

PS : Deux autres titres de cette auteure sortent en 10-18 le même jour : Les moissons funèbres et Ligne de fracture

Le chant des revenants
Auteure : Jesmyn Ward
Editeur : Belfond

www.belfond.fr

Le chant des revenants
5.0Note Finale

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.