La fin de toute chose

Suivi de l’Épître du rassemblement de Mullâ Sadrâ. Attention, je dirais qu’il s’agit un peu d’un livre d’érudit mais que ceux qui s’intéressent au monde devraient lire. Lentement, en prenant des notes – parce que des questions naissent au fur et à mesure de la lecture. Et pas toutes en rapport direct avec le livre.

On pourrait donner comme sous-titre à ce livre : Apocalypse coranique et philosophie. Surprise, non ? Avait-on simplement imaginé qu’il pouvait être question d’Apocalypse dans le Coran ? Ceux qui l’ont lu le savent, les autres qui se sont contentés de quelques sourates – les plus courtes – en sont restés à celle de Saint Jean et pour ce qui est du Jugement dernier se sont servi du début des « Confessions » de Jean-Jacques pour ne pas aller plus loin. Là, à partir des textes, l’analyse de Christian Jambet dépasse le cadre « temporel » de mise en opposition des amis et ennemis de Dieu, pour s’intéresser à ce qui prend une valeur universelle. Passer outre les conflits et opposition du temps des hommes pour accéder à la philosophie, à l’esprit, au spirituel. Le texte de Mullâ Sadrâ date de notre XVIIème siècle et montre au moins deux choses. Les penseurs musulmans n’ont rien à envier aux nôtres – on le savait depuis au moins les chiffres arabes – mais surtout ce sont principalement des nuances qui distinguent certaines analyses et penseurs.

Il me semble qu’il y a une certaine urgence à se poser des questions sur la philosophie du Coran et au moins à le lire pour en mesurer la portée. Et pour ce faire ce genre de livre qui a le mérite des confronter des façons de penser est plus qu’utile. Une bibliographie et un index auraient été bien utiles… aussi.

Bonne et lente lecture.

La fin de toute chose
Auteur : Christian Jambet
Editeur : Albin Michel

www.albin-michel.fr

La fin de toute chose
5.0Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.