Les dragons de Château-Croulant

La couverture colorée des trois couleurs fondamentales et d’une complémentaire (voire deux) devrait tirer l’œil mais moins que le nom de l’auteur qui dispose, en France comme ailleurs, d’une fort bonne renommée… Serait-ce un fond de tiroir qui, signé d’un inconnu, serait resté ignoré ? Je ne pense pas. Mais ce sont plus simplement des histoires pour la jeunesse écrites au milieu des années 60 et en tant qu’adulte ce n’est pas que l’on s’y ennuie c’est tout bêtement que l’on n’ose pas même sourire. Et pourtant par endroits on pourrait, ne serait-ce qu’en souvenir de notre « enfance ». Elle peut au moins, à mon sens, se reconnaître dans les illustrations.

Pour ce qui est des histoires, il faut considérer trois choses. D’abord leur date d’écriture et donc penser que malgré la relecture de l’auteur elles sont un peu datées. Je veux dire vieillies. Mais l’histoire d’Hercule la tortue devrait vous rappeler une histoire de Luis Sepulveda dont je vous ai parlé ici même il y a peu. Ensuite l’utilisation de la possibilité de modifier les caractères (la typographie) pour noter les onomatopées, les bruits qui font vivre le récit. Ainsi dans « la grande course » : « la voiture à élastique partit en arrière dans un TWANG ! ». Enfin, sans préjuger des corrections apportées par l’auteur d’aujourd’hui à ses textes d’hier, on notera leur sens du rythme, leur dynamisme.

Je vous laisse à votre petit plaisir nostalgique mais je vous signale une reprise astucieuse de la célèbre formule : les petits pois sont rouges / les petits pois sont verts – dont vous savez comme moi qu’il existe deux autres orthographes possibles – que l’auteur présente comme ancienne…

Bonne lecture avant de s’offrir le plaisir d’offrir.

Les dragons de Château-Croulant
Auteur : Terry Pratchett
Editeur : L’Atalante

www.l-atalante.com

Les dragons de Château-Croulant
5.0Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.