Le Diable de la Tamise

Londres, l’époque de Sherlock Holmes et de Jack l’éventreur voit d’autres crimes inexpliqués passés presque inapperçus à côté du célèbre serial killer. Le Dr. Anton Kronberg, éminent spécialiste des questions microbiennes, collaborant avec la police locale et Scotland Yard, enquête malgré lui sur une affaire d’épidémie dans la cité et dans sa campagne. Il rencontre rapidement le fameux détective de Baker Street et se voit contraint de partager ses observations et déductions avec lui. Anton Kronberg n’est cependant pas un simple médecin, c’est aussi un faussaire hors pair puisque son identité originelle est Anna Kronberg, infirmière allemande.

L’intrigue prenante, l’est d’autant plus que le roman a été écrit par une femme qui à découvert par hasard dans sa maison le journal d’une autre témoignant d’événements réels du 18ème siècle. Ce livre est l’héritage d’une réalité où les femmes n’étaient pas considérées comme des êtres capables d’intelligence suffisante pour faire des études aussi complètes que celles de médecine. Une époque où se travestir en homme était la seule alternative offerte aux femmes tenant à vivre leurs rêves et leurs vies au-delà des lois patriarcales, malgré les dangers quotidiens que cela comportait. Un roman donc à plusieures dimensions sociales.

Le style est fluide et agréable, authentique et frais. Un plaisir pour l’esprit et les yeux, une récréation engagée sans en avoir l’air. Une victoire pour la transmission d’un combat féminin à travers les âges.

A mettre entre toutes les mains.

Le Diable de la Tamise
Auteure : Annelie Wendeberg
Editeur : Presses de la cité
Collection : Sang d’encre

www.pressesdelacite.com

Le Diable de la Tamise
4.5Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.