Le carnaval aux corbeaux

Le carnaval aux corbeaux

Une illustration de couverture où de monstrueuses citrouilles tirent notre œil, voilà sans doute ce qui enchantera le jeune lecteur nourri des friandises d’Halloween et qui possède une « âme d’octobre »… Ceux qui ne la possèdent pas sont quand même invités à lire ce livre (voir en quatrième de couverture). J’oubliais, il s’agit d’une première partie intitulée « Le Nibelung ».

Le héros de cette histoire s’appelle Ludwig Poe, il vit avec sa mère, son père Charles Poe ayant disparu la nuit de la naissance de son fils. Ludwig s’adonne à tout ce qui pourrait lui permettre d’entrer en contact avec son père. Sans le moindre succès jusqu’à cette veille de Toussaint qui voit s’installer en ville une fête foraine un peu particulière. Et, pour obtenir l’héritage paternel, l’adolescent va devoir affronter des épreuves… Si j’ajoute un Docteur Mabuse, un Fritz Frost, un Abracadabrantesque Carnaval et des « entresorts » qui se déroulent en 1694 vous conviendrez comme moi que nous sommes en plein baroque et que l’auteur ne recule devant aucun effet pour en faire (de l’effet !). J’ai pour ma part beaucoup de mal avec ce genre de mélange de références dont aucune ne semble avoir d’autre but que de référencer, par exemple à Charles Baudelaire traducteur d’Edgar Allan Poe auteur du « Corbeau ». Espérons que cela incite le jeune lecteur à aller lire ces auteurs… pour ce qui est de Tim Burton il connaît déjà mais peut-être s’intéressera-t-il moins à Siegfried ou à Fritz Lang…

Il est clair que l’auteur se fait plaisir et pourquoi pas. Il pousse même jusqu’à se mettre au style baroque, à cette écriture « moderne » ou à la mode qui consiste à mêler les registres de langue pour faire « style »…

Bonne lecture.

Le carnaval aux corbeaux
Auteur : Anthelme Hauchecorne
Editeur : Éditions du Chat noir

http://editionsduchatnoir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.