Le renard de l’espace, Fox McCloud, reprend du service dans un nouveau reboot sur Wii U. Combats spatiaux à l’ancienne, fonctionnalités Wii U gamepad utilisé,  StarFox Zero est un mélange de vieux et de neuf qui laisse un arrière-goût doux-amer. C’est Platinum Games qui est au développement cette fois.


StarFox c’est quoi en 2-3 phrases

Star Fox est, à la base, un space shooter couloir. Comme un rail shooter, mais plus que ça. On se déplace avec son vaisseau, le Airwing, à droite, à gauche, en-haut, en-bas…dans les quatre coins de l’écran d’un couloir délimité tout en subissant le scrolling avant automatique. On peut accélérer et ralentir pour mieux se placer. Le jeu reprend beaucoup de codes de films de science-fiction comme, et surtout, d’une franchise se passant très, très loin, il y a très longtemps dans une autre galaxie. Bref, un petit space opéra mélangeant héroïsme, trahison et rebondissement. Le système Lylat est en paix, jusqu’au jour où Andross décide d’envahir tout le système et se venger des Cornériens, habitants de Corneria, avec sa gigantesque armée. Fox McCloud, leader de StarFox va venir en aide aux Cornériens en nettoyant la galaxie des troupes d’Andross.

Un peu d’histoire

StarFox est une franchise culte dans le monde des joueurs Nintendo. Sortie en 1993 sur Super Nintendo, StarFox ou Starwing en Europe, fut une petite révolution dans le monde des consoles en proposant des graphismes 3D temps-réel grâce à la puce Super FX. C’était très rudimentaire, avec des objets très triangulaires et simples, limite fils de fer, mais la magie était là.   Alors, ça peut faire rire, mais dans ce temps-là, c’était du jamais-vu chez Nintendo.

                                         star-fox-snes  StarFoxZero_snes

1997, sortie de Lylat Wars ou StarFox 64, premier reboot sur Nintendo 64. Graphismes améliorés, ajout de vraies voix, nouveaux modes de jeu, du multi local, etc. Un très bon jeu dans l’ensemble. C’est aussi le premier jeu à utiliser le rumble pack. Le fait que nos manettes vibrent aujourd’hui c’est en grosse partie grâce à lui. Puis, il y a eu d’autre itération sur GameCube et DS, mais pas vraiment de successeurs majeurs à StarFox 64, jusqu’à Zero.

                                        star-fox-64_01   star-fox-64_02

Les nouveautés de Zero

StarFox Zero propose beaucoup de nouveauté dans cet épisode et pas mal de redites aussi. Premièrement, le jeu requiert d’utiliser les 2 écrans disponibles sur Wii U. L’écran principal affiche le jeu « normalement ». Vue arrière sur le vaisseau et le Wii U gamepad affiche la vue cockpit. La vue normale nous permet de profiter pleinement des environnements et de mieux se situer dans l’espace pour ainsi mieux éviter les obstacles et tirs ennemis. La vue cockpit permet de viser avec beaucoup plus de précision et sans modifier la direction du vaisseau. Il est donc possible de viser et de se diriger dans 2 directions différentes, mais cela requiert un peu d’entraînement de la tête et des yeux. En effet, ce système double écrans n’est pas facile à assimiler au premier coup. Je vous rassure, ce n’est pas hyper complexe non plus, mais les plus jeunes auront de la peine. Déjà, il n’y a pas besoin de l’utiliser tout le temps. Souvent, l’écran principal suffit à lui-même, mais parfois, dû à la caméra ou la position des viseurs. L’angle ne montre pas bien la destination du tir et c’est là qu’il faut ajuster avec l’autre vue. La visée précise se fait donc avec le gyroscope de la manette. Très bien calibrer, on vise de manière très naturelle. On peut aussi, et heureusement, réinitialiser la caméra au centre de l’écran à tout moment et très facilement. Pour ceux qui ne veulent pas se faire un tour de nuque, il est possible d’inverser les vues avec le bouton select de la manette. Par contre, il y a souvent des problèmes de caméra et de lisibilité.

StarFoxZero_commands

On peut locker un ennemi durant les phases de gameplay en arène. Là, la caméra principale pointe continuellement l’ennemi depuis notre vaisseau qui continu de se piloter. Dès lors, les problèmes commencent. C’est joli à regarder, mais à jouer c’est autre chose. On ne sait pas où on va, on se tape dans les décors, on a du mal à se situer dans l’espace, les autres ennemis nous surprennent et sont plus difficile à atteindre. Alors bon, on s’y fait, on accepte, on apprend et on s’améliore, mais je pense que ça aurait été beaucoup plus agréable en améliorant les commandes des vaisseaux Walker et Landmaster. Oui, il y a d’autres vaisseaux que le Airwing pour varier les plaisirs.

Il y a le Landmaster qui était déjà présent dans StarFox 64. C’est un Tank qui roule, dans un premier temps, puis qui peut voler, par la suite. Perso, c’est le véhicule que j’ai le moins aimé, surtout lors des phases de boss en arène. Les commandes manquent de souplesse, c’est lent, c’est pénible. En fait, il faudrait des commandes plus classiques avec un vrai strafe (glisser horizontalement), mais le jeu aurait été beaucoup trop facile du coup.

StarFoxZero_003

Le Walker, sorte de poulet mécanique, c’est un peu pareil que le Tank. Le Airwing peut se transformer à tout moment en Walker pour visiter des intérieurs de bases. Sur ses 2 pattes, le Walker est plus mobile que le Tank mais aussi plus fragile. Il apporte surtout la possibilité de proposer au jeu des phases de gameplay plus classiques et plus « lente ». Mais, là encore, où est le strafe?? Les commandes sont pénibles encore une fois. C’est un peu toujours le même problème dans ce jeu.

StarFoxZero_012

Finalement, il y a le Gyrowing, un petit drone furtif, qui propose des missions d’infiltrations. Bizarrement, je pensais que les commandes seraient horribles et finalement non. Le gameplay se veut exprès plus lent et le Gyrowing se pilote facilement. Bon, après, ce n’est pas les phases de jeu les plus intéressantes, mais ce n’était pas les pires, loin de là, pour moi en tout cas. Niveau infiltration, c’est on ne peut plus basic. Eviter les lumières, détruire les quelques ennemis, pirater des terminaux avec un direct-i, un petit robot, et slalomer entre les obstacles pour trouver son chemin.

StarFoxZero_018

Les dogfight en Airwing sont sympas. A plusieurs reprises dans le jeu, on a le droit à des combats aériens en arènes et ça, c’est pas mal et pas toujours évident. Il faut bien utiliser les capacités de l’Airwing pour prendre le dessus sur ses adversaires. Looping, tonneaux, ralentir, accélérer, vriller, visée précise ou bombes, tous les moyens sont bons pour avoir l’ennemi dans le viseur et le descendre. C’est vraiment sympa comme phase de jeu. En plus, il y a du challenge, les ennemis sont parfois nombreux et il faut souvent aider ses coéquipiers qui sont pris en chasse. Juste dommage qu’il n’y ait pas de minimap comme sur 64 pour éviter de tourner en rond.

StarFoxZero_011 StarFoxZero_009 StarFoxZero_008

Une campagne plus longue que d’habitude

Le mode histoire du jeu est plus long que d’habitude. Il faut savoir qu’un Starwing ou Lylat Wars se terminent en moins d’une heure. Il y a évidemment de la replay value sinon ça serait un peu court. Dans Zero, Il m’a fallu environ 4h30 pour en voir le bout. C’est pratiquement la même trame que sur 64. Mêmes situations, mêmes planètes, mêmes les dialogues sont les mêmes, bon en VF si la console est en français. Ils ont quand même étoffé le tout et changer quelques trucs, mais c’est très similaire. La campagne est plus longue, grâce à ses boss en arène qui prennent vite du temps. De plus une fois fini, il est possible de refaire chaque niveau à tout moment afin de trouver les autres routes et accomplir les missions et ainsi débloquer de nouveaux stages et voir les différences scénaristiques.

                    StarFoxZero_001  StarFoxZero_010

Une sauvegarde de la progression se fait automatiquement. Il n’est plus nécessaire de se retaper tous les nouveaux précédents pour faire seulement celui qui nous intéresse, comme c’était le cas avant. Pour ce qui est de la qualité des missions, c’est très subjectif, mais les missions sur Corneria sont les meilleures. Ça va vite, c’est coloré, l’action est bien présente, la musique est entrainante, c’est très réussi. C’est pratiquement un copier-coller de la version 64 mais en plus beau. Les deux dernières missions du jeu, le secteur Omega et Venom, sont aussi très plaisantes à jouer avec des passages à la Star Wars réussis. Mais les missions entre deux sont pas mal moins intéressantes. Pas très clairs, l’action et le rythme sont pas terribles, la caméra fait souvent défaut, la jouabilité est un peu bancale. D’ailleurs, tous ces défauts viennent souvent du fait que ce sont des missions qui ne sont pas en Airwing. Ce n’est pas mauvais, mais ce n’est pas l’extase non plus.  Il y a des challenges et du scoring pour chaque niveau. Il y a 5 médailles à gagner en effectuant des tâches précises qu’il faut découvrir. La difficulté monte crescendo. Au début, c’est vraiment facile pour se familiariser avec les commandes. Puis ça se corse gentiment jusqu’à la fin. Mieux vaut savoir jouer une fois arrivé à la dernière mission. Heureusement, il y a mode entrainement pour apprendre à manœuvrer tous les véhicules du jeu.

Des graphismes d’un autre temps

Il faut quand même dire 2-3 mots sur les graphismes du jeu. Bien que la Wii U ne soit pas la console la plus puissante sur le marché, Nintendo nous avait quand même habitué à des jeux très beaux comme Super Smash Bros, Yoshi’s Woolly World, Super Mario 3D World ou encore Mario Kart 8. Pour StarFox Zero, c’est la déception. On se croirait presque 10 ans en arrière. Nintendo et Platinum Games nous disent que le jeu n’était pas spécialement beau dû à l’affichage double sur la TV et le Wii U Gamepad ce qui demande un rendu global supérieur à du 1080p. Ils auraient pu se forcer un peu plus. La géométrie est minimaliste, les textures sont basic et les animations simplistes. Néanmoins,  StarFox Zero n’est pas moche pour un jeu d’un autre temps, mais en 2016 ça passe moyen. Bon, les graphismes ne font pas tout, mais quand même.

   StarFoxZero_002 StarFoxZero_013 StarFoxZero_016

Un jeu mi-figue mi-raisin

StarFox Zero n’est pas parfait, loin de-là, mais ce n’est pas une catastrophe non plus. A force de vouloir nous offrir du gameplay original prenant en compte les fonctionnalités du Wii U gamepad, Nintendo a un peu perdu de vue l’essence du jeu. StarFox est un jeu d’arcade, simple dans ses commandes pour être accessible rapidement  au plus grand nombre pour nous offrir de l’action effrénée à bord d’un Airwing. Là, les commandes sont un peu compliquées avec l’affichage sur 2 écrans, les boutons, les sticks et le gyroscope, le tout en même temps. Tout cela demande des efforts aux joueurs qui ne voudront peut-être pas se donner cette peine, surtout aux plus jeunes. Ensuite, pourquoi mettre autant de missions utilisant le Landmaster et le Walker. Ils ne sont pas agréables à jouer. Que ce soit les caméras mal placées ou les commandes mal pensées, c’est pénible à utiliser. Les missions Airwing sont, elles, heureusement, réussie pour la plupart. Ça manque parfois un peu de pêche, mais ça va. Que ce soit en arène ou dans un couloir, du moment qu’on est dans le Airwing, on est content, c’est déjà ça. Les Boss sont souvent très simples à détruire, mais dû aux commandes compliquées, ça devient difficile et long pour de mauvaises raisons. On devrait accomplir des tâches compliquées de façon simple et non pas des tâches simples de manière compliquée. Graphiquement, on n’épiloguera pas longtemps dessus. Ce n’est pas extraordinaire et on s’attendait à plus malgré les raisons techniques avancées par les développeurs. La Wii U peut faire sans doute mieux. Tout n’est pas noir pour autant. On prend du plaisir dans StarFox Zero. La musique est souvent très bonne et nous met bien dans l’ambiance. Une fois les commandes assimilées et les défauts acceptés, on s’amuse. Les dogfights sont plaisant par exemple comme les phases d’actions en Airwing, la plupart du temps. Quelques Boss sont intéressants. Il y en a des nouveaux et des anciens revisités. La campagne est bien plus fournie et bien plus longue que dans les autres épisodes et ça c’est bien. L’histoire est la même que d’habitude, mais mieux raconté avec beaucoup plus de dialogues et en français. La rejouabilité est très présente. La progression est sauvegardée, plus besoin de recommencer du début à chaque fois. On regrette juste le manque d’un mode multi en local pour des dogfight entre amis. Il y a un mode coop. Un joueur pilote le véhicule et l’autre vise. Un peu faiblard comme coop quand même. Nintendo et Platinum Games ont voulu nous en proposer trop à la fois sans vraiment donner ce que voulaient vraiment les gens. Ils ont privilégié certains aspects du jeu, comme les commandes, les nouveaux véhicules, en négligeant un peu trop les graphismes, le multi, la coop et le gameplay classique en lui-même. Donc en résumé, ce qui était vieux et bien est toujours là et plaisant, mais c’est enrobé de nouveautés moyennement bien intégrées qui plombent un peu l’expérience. Mon conseil, une fois fini, jouez seulement aux phases qui vous plaises et oubliez le reste. Il faudra encore attendre pour avoir le StarFox de nos rêves.

Les plus

  • Souvent amusant
  • Du challenge
  • Diversifié
  • La musique
  • Bonne rejouabilité

Les moins

  • Le Landmaster et le Walker
  • Parfois frustrant
  • Pas très beau graphiquement
  • Pas de multi
  • Un coop un peu inutile

StarFoxZero_coverÉditeur : Nintendo
Développeur: Platinum Games
Sortie : 22.04.2016
Disponible sur Wii U exclusivement

 

StarFox Zero: Do a Barrel Roll!
3.0Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.