Son espionne royale mène l’enquête

Une couverture un peu tristounette mais un peu dans le ton de l’histoire, façon pastel et gravure de mode, Old Fashion 1922. Et j’ai eu en lisant une pensée émue pour la traductrice Blandine Longre. Imaginez un peu, faire rire ou sourire le lecteur francophone avec de l’humour typiquement british. Peut-être avez-vous lu « Les carnets du Major Thompson » de Pierre Daninos… Sinon jetez-y un simple coup d’œil.

Notre héroïne fait partie de la famille royale et se doit donc de se comporter en éventuelle héritière de la couronne, elle vit en Écosse dans le manoir familial « au crochet » de sa belle-sœur et de son frère qui, non contents d’être « radins », sont aussi ruinés… Un jour alors qu’elle est au cabinet, Georgie – c’est l’héroïne – entend le sort qu’on lui réserve et décide sur-le-champ de partir tenter sa chance à Londres. Là-bas, elle va découvrir le monde et retrouver bon nombre de ses amies de pensionnat qui, elles, ont plus ou moins réussi. Elle va rencontrer des hommes qui, bien sûr, sont loin d’être aussi honnêtes qu’ils le disent. Parmi eux, un certain Tristram dont une des premières choses qu’elle se dit est « comment peut-on avoir prénommé ainsi un garçon qui a du mal à prononcer les « R ». Bien sûr le côté oie blanche de Georgie en fait une sceptique méfiante même si elle tombe amoureuse de ce Tristram.

Avant de vous laisser apprécier la fausse innocence de l’espionne je vais vous offrir deux exemples de son humour… Le premier est une fausse citation du poète anglais bien connu de ceux qui ont dans le temps fait anglais première langue, l’auteur de « Daffodils » auquel elle attribue ce que Dante a placé au fronton des Enfers… La seconde concerne l’invitation de la Reine à venir prendre le thé : « En vérité, j’éprouvais ce qu’Anne Boleyn avait dû ressentir lorsque Henri VIII lui avait demandé de passer boire un pichet de bière et de ne rien porter qui ne soit généreusement décolleté. » Et je vous laisse le soin de commenter.

Bonne lecture.

Son espionne royale mène l’enquête
Auteure : Rhys Bowen
Editeur : Robert Laffont
Collection : La bête noire

www.laffont.fr

Son espionne royale mène l'enquête
4.0Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.