Je ne ferai pas de commentaire sur l’illustration de couverture… Mais je note l’information en quatrième de couverture selon laquelle cette histoire se déroule dans « le même univers que les chroniques de Radch » – même éditeur et trois fois primé – « mais peut se lire indépendamment ». Cette appartenance explique les trois petits mots qui dans le texte de présentation peuvent paraître étranges : iael – lae – envoyéae , les ae étant liés… Nous sommes dans un univers à trois genres et où s’organisent des populations différentes avec bien sûr des organisations de leurs petits mondes différentes. On imaginera le travail du traducteur qui doit rendre une grammaire et une conjugaison différentes.

Ingray Aughskold originaire d’Hwaé veut prouver à sa famille qu’elle est digne d’être adulte et capable de se débrouiller seule. Pour ce faire, elle fait libérer Pahlad Budrakim de sa prison et compte lui demander où se trouve ce qu’il a volé – des vestiges de grande valeur qu’elle veut offrir à sa mère qui ainsi disposera pour la prochaine élection d’un avantage considérable. Vous vous en doutez, Ingray est encore un peu trop naïve et rien ne va se passer comme cela devrait. Il y a une intervention extérieure à propos du vaisseau – volé – qui la ramène sur Hwaé avec Pahlad, dont le père est responsable de l’emprisonnement et opposant à la mère d’Ingray… Bien sûr Ingray va triompher des obstacles et devenir une adulte très réfléchie.

C’est plaisant mais l’histoire se développe un peu lentement, je veux dire qu’elle manque d’ellipse comme si elle s’adressait plus à des ados qu’à des adultes… et c’est un peu dommage. Mais je soupçonne que vous en ferez un bon week-end de détente.

Bonne lecture.

Provenance
Auteure : Ann Leckie
Editeur : J’ai Lu

www.jailu.com

Provenance
4.0Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.