La 3DS n’a pas dit son dernier mot. La série mythique Metroid accueille dans la famille le remake de Metroid 2 sorti dans les années 90 sur Game Boy.



Metroid Samus Returns est un vrai remake de Metroid 2. Lors de sa sortie sur Game Boy, Metroid 2 reprenait fidèlement les codes du premier Metroid sorti sur NES, mais avec les contraintes de la Game Boy. Sprites de Samus gigantesques sur un minuscule écran noir et blanc. Vision très restreinte, gameplay assez lourd et durée de vie réduite. Nintendo et Mercury steam ont gardé uniquement l’histoire: Détruire les 40 métroides sur la planète SR388. Ils ont fait table rase du reste pour tout refaire des pieds à la tête ; Graphismes, mécaniques de jeu et level design et ainsi offrir une aventure longue, digne d’un Metroidmania en 2017 et un jeu qui veut marcher sur les traces du mythique Super Metroid qui est encore aujourd’hui considéré comme un des meilleurs jeux jamais créés. Le pari est réussi, car le jeu est excellent.


Metroid Samus returns prend place après les événements du premier Metroid. Mother Brain a été détruite et ainsi que ses plans de conquête de l’univers. Mais la menace Metroid n’est pas éradiqué pour autant. La confédération galactique envoie un groupe de militaire pour investiguer la planète SR388. La confédération perd contact avec son équipe, mais découvre des traces des métroides. Ils décident d’envoyer leur botte secrète, Samus Aran. Un seul objectif : détruire tous les métroides sur la planète.


Le jeu commence donc avec Samus qui atterrit à la surface de la planète SR388. Elle va devoir aller de plus en plus profondément dans les entrailles de la planète. Le but est de chercher et éliminer les 40 métroides de SR388. Comme d’habitude dans les jeux vidéo, le héros arrive presque à poil et a perdu toutes ses habilités gagnées du jeu précédent. Donc Samus a une armure faible et un petit tir laser. Elle va devoir trouver toutes les orbes pour regagner ses pouvoirs perdus ainsi que des nouveaux. On reste dans le classique en ce qui concerne les compétences. On passe d’un laser simple, au plasma, puis au triple plasma. On gagne le tir chargé, le tir glacial. Il y a toujours le morph ball qui permet de se changer en boule. Il y a les différents types de missiles et de bombes, l’armure qui s’améliore, et le screw attack, etc. La progression ressemble pas mal à ce qu’on avait sur Super Metroid. On ne fait jamais très longtemps sans obtenir une nouvelle compétence qui va soit simplifier la difficulté ou la navigation, soit permettre d’atteindre de nouveaux endroits encore inaccessibles. Il y a aussi un nouveau mouvement pour parer les attaques. Souvent les ennemis vont repérer Samus et foncer dessus. Il faut déclencher la parade juste avant l’impact pour assommer l’ennemi et le finir rapidement. Indispensable contre certains ennemis et bosses, il faut maitriser cette défense. Samus peut aussi tirer à 360°. En appuyant sur L, Samus peut viser avec son laser dans toutes les directions, mais reste immobile.


Metroid Samus returns est un side scroller en 2D. On se déplace dans d’immenses « labyrinthes » dans lesquels l’exploration n’est pas seulement conseillée, mais indispensable. Il faut fouiller chaque recoin des zones et trouver les passages cachés. Car oui souvent la solution pour passer d’une pièce à l’autre se cache derrière un bloc rocher sur une paroi. Heureusement, un scanner est à disposition de Samus. Le scanner affiche les zones inexplorées sur la carte ce qui permet d’un peu nous guider. Il affiche l’emplacement des trésors sur la carte et fait clignoter les zones destructibles. Donc inutile de poser des bombes tous les 10 cm, un simple coup de scanner et le tour est joué. Autre aspect génial et ça grâce au double écran de la 3DS, c’est le fait d’avoir en permanence la carte affichée sur l’écran du bas. C’est d’un pratique, je ne vous dis pas. Jamais perdu, on sait où on est, où on va et part où faut aller. Il faut aussi donner pas mal d’importance à la recherche d’amélioration de Samus. Il faut trouver les containers de missile et de super missiles pour en augmenter la capacité. On commence avec 30-40 pour finir à plus de 200. Et croyez-moi il les faut. Il faut aussi trouver le E-tank pour la vie, les charges d’énergie pour pouvoir mieux utiliser les capacités de Samus. D’ailleurs, Samus à 4 capacités. La première est le scanner dont j’ai déjà parlé. La deuxième c’est le tir rapide. Dévastateur, peu d’ennemis résisteront longtemps à une telle attaque, mais c’est très énergivore. La troisième est le bouclier. Les dégâts occasionnés par les ennemis sont absorbés par la barre d’énergie et non par la barre de vie. C’est pratique pour donner un petit boost de vie en cas de coup dur. La dernière capacité est le ralentissement du temps. Pratique pour passer certains endroits qui se dérobent sous les pieds de Samus. Il est possible d’activer plusieurs capacités à la fois.


Le level design est très bon. Il y a beaucoup de verticalité, de passages étroits et difficile d’accès. Il faut donc escalader, se faufiler en boule dans des petits conduits avec souvent un petit challenge d’observation et d’utilisation des capacités. Mais une fois le passage un peu pénible passé, souvent il y a une porte de l’autre côté qui facilitera les passages suivants. Alors oui, on fait des allers et retours dans le jeu et ça a souvent été critiqué dans les épisodes précédents. Alors cette fois on n’y coupe pas, mais les développeurs ont essayé de les minimiser. Alors déjà, ils ont augmenté les points d’accès pour réduire les trajets. Ensuite, ils ont ajouté des points de téléportations. On peut donc voyager de zone en zone rapidement, mais aussi au sein même d’une zone.
Le jeu est long. Il faut compter une vingtaine d’heures. Il y a 7 zones à parcourir. Dans chaque zone, on nous indique combien de métroides sont présent et qu’il faut détruire pour passer à la zone suivante. Il faut les chercher. On nous ne les indique pas sur la carte directement. On peut avoir un peu d’aide après en avoir détruit en rapportant les ADN des défunts aux portails Chozo. Les métroides sont des mini bosses. Il y en a de différents types. De l’alpha à l’omega, les métroides deviennent de plus en plus coriaces. Si les premiers sont de simples lézards volants, les suivants sont plus gros et rappellent les aliens des films de Ridley Scott. Il vaut mieux être bien armé et apprendre les patterns. Bon, les mini bosses finissent par un peu lasser. Il y a 40 métroides à tuer et un peu plus d’une demi dizaine de type différents, donc forcément on fait tout le temps un peu les mêmes, surtout au début.


Graphiquement, on est loin de la mouture Game Boy. Le jeu est entièrement en 3D, bien que le jeu reste sur un plan en 2D. Le thème général de la planète SR388 rappelle l’Egypte ancienne. Souvent et comme toujours, on circule dans différent types de cavernes, mais aussi des oasis, des base high tech et autres. C’est pas mal varié. Ce qui donne pas mal de cachet au jeu ce sont les jolis décors 3D en arrières plan. D’ailleurs, le jeu est en 3D stéréoscopique pour les possesseurs de 3DS équipé de la technologie. C’est devenu assez rare pour le préciser. Ensuite, le fait d’avoir des personnages en 3D permet d’avoir de nombres animations fluides. On peut avoir Samus qui tir en arrière par-dessus son épaule. Il y a aussi des bosses en 2.5D avec un effet de profondeur. C’est vraiment réussi pour de la 3DS. C’est pas le plus beau jeu du monde, mais sur 3DS c’est pas mal. Après, c’est sûr qu’on aurait préféré un titre sur Switch avec des graphismes améliorés, mais bon, il en faut encore pour cette bonne vieille 3DS.


Le jeu est assez difficile. Il arrive souvent de mourir et devoir recommencer, surtout aux bosses. Il faut bien utiliser et gérer la barre d’énergie Aeon. Il est aussi important de trouver les E-tank et les cache de missiles, car c’est indispensable pour tuer les métroides. Ils sont assez violents, quelques coups suffisent pour tuer Samus si on n’est pas bien préparé. Surtout vers la fin du jeu où les métroides sont bien plus gros et bien plus fort avec des attaques dévastatrices qu’il faut savoir éviter ou encaisser. Heureusement, les développeurs ont pensé aux nombreux échecs et ont instauré un système de checkpoints en plus des points de sauvegardes. En plus, ils ont pensé à les mettre juste avant les bosses. Du coup, si Samus est mal équipé ou trop faible, on peut revenir facilement en arrière pour mieux se préparer.


Venons-en un peu aux défauts du jeu, car il n’est pas parfait non plus. Premier point négatif, le pad circulaire. On dirige et on vise avec le circle pad. Si pour la visée à 360°, c’est pratique et ça marche plutôt pas mal, bien que c’est pas toujours évident avec la tension du circlepad. Enfin, on ne refera pas un procès à ce pauvre pad circulaire, mais vive les sticks analogiques. Le problème vient dans les déplacements. Il arrive fréquemment d’avoir des ennemis rampants qu’il faut se baisser pour les toucher. Et là, souvent, dans le feu de l’action, c’est la galère. Au lieu de se baisser, Samus court sur l’ennemi en tirant en diagonale vers le bas. Ou alors, il se met en boule par inadvertance. Bref, pas mal de petites maladresses due au circle pad. Je comprends que pour la visée 360° fallait l’utiliser, mais avoir l’option de pouvoir utiliser le d-pad à la place aurait été grandiose. Plus précis la plupart du temps et moins fatiguant à la longue, la croix directionnelle aurait été sans doute plus agréable. A la place on l’utiliser pour sélectionner les quatre pouvoirs. Autre sujet épineux, l’introduction des bonus amiibos. Ce n’est pas la première fois que Nintendo nous fait le coup, mais à chaque fois ça fait grincer des dents. Donc, cette fois, grâce aux amiibo en rapport avec Metroid, on gagne des E-tank supplémentaires, des aides pour détecter plus facilement les métroides sur la carte et le Fusion mode qui est un mode de difficulté supérieur avec l’armure de Samus du jeu Metroid Fusion. Bon, je n’ai pas les amiibos pour tester et je ne compte les acheter pour ça. Le jeu est bien assez complet et les ajouts qu’ils procurent ne sont pas assez intéressant. Et t’en mieux d’un côté. Si la méthode n’est pas très grâcieuse déjà, heureusement que le contenu est dispensable. Bien que oui, il devrait être inclus pour tout le monde dans le jeu de base. Y a un mode hard quand on finit le jeu qui se débloque sans amiibo. Et le jeu est pour ma part déjà bien assez corsé en normal (la fin surtout).


Metroid Samus Returns, nous prouve qu’avec de la bonne volonté, on peut refaire d’un vieux jeu un excellent jeu actuel si on s’en donne les moyens. Mercury Steam a fait un excellent travail en s’appropriant l’œuvre qu’est Metroid 2 pour en faire une refonte totale et créer une nouvelle aventure originale et inédite si on peut dire. Reprenant les codes de la série et des metroidmania, Metroid Samus Returns est un digne héritier de Super Metroid. Offrant une aventure longue et exaltante qui renouvelle son gameplay fréquemment tout en dosant parfaitement la courbe de difficulté. Action et exploration à 200% ce Metroid à tout pour plaire. Certes, il y a un peu d’aller-retours dans le jeu,mais c’est la formule qui veut ça. Et, grâce aux nombreux points de téléportation, on diminue pas mal les voyages inutiles et le temps perdu. Autre gain de temps et une aide précieuse pour toujours savoir où on est et où on va, c’est l’affichage constant de la carte sur l’écran inférieur de la console. C’est juste hyper pratique. Bref, les gens en mal d’un bon metroid-like, ne cherchez pas trop loin Metroid Samus Returns est là.

Les plus :

  • Une aventure épique et longue (~20h)
  • Un gameplay classique et neuf à la fois
  • Une progression maîtrisée
  • Un vrai sentiment d’amélioration et de monté en puissance
  • Un level design de bonne qualité avec beaucoup de verticalité
  • Des checkpoints bien pensés avant les bosses
  • De magnifiques décors et une bonne ambiance générale
  • Des points de téléportation

Les moins :        

  • Les commandes au circle pad
  • La politique amiibo
  • Quelques aller-retours un peu barbants
  • Des bosses redondants et moins impressionnants que dans Super Metroid

 

Éditeur : Nintendo
Développeur : Mercury Steam
Date de sortie : 15 septembre 2017
Plateforme : Nintendo 3DS et 2DS
Genre : action / plateforme 2D

Metroid Samus Returns
4.5Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.