Je me suis encore laissé surprendre. S’il vous plaît, ne faites pas comme moi… Gardez la lecture de l’introduction de ce roman pour la fin de sa lecture. Elle n’a comme la plupart des introductions qu’un seul défaut. Celui de vous dire, suggérer comment lire ce qui la suit. Or il me semble qu’en l’occurrence cela retire beaucoup au style que de l’expliquer. Laissez-vous porter. Si vous êtes gêné à la première lecture – peut-être un peu rapide – d’une phrase, relisez-la. Et tout s’éclairera. Il faut se laisser apprivoiser par certains textes. Si Ramuz écrit de cette façon-là ici c’est pour créer une sensation. Une sensation pour chaque lecteur qui au bout du compte, posée l’une à côté de l’autre rendra à mon avis bien compte de l’univers des gens dont il est question. Des gens à la fois dans leur temps et hors du temps.

Le premier texte qui ouvre ce vrai faux recueil est un bijou de concision et d’efficacité. Tout est dit dans un silence sonore, je veux dire que l’on entend tous les petits bruits que le personnage ne provoque pas. C’est de la grande littérature. En les lisant posés les uns à côtés des autres, j’ai pensé à cette armée chinoise de soldats de terre cuite découverte il y a quelques années. On sentait bien que ces soldats ne pouvaient s’entendre et se parler, mais leur immobilisme et leur densité conféraient à l’ensemble une énorme puissance. Pour moi il se dégage de ce roman la même force humaine. Celle qui demande qu’on lui laisse le/du temps pour être. Un temps humain.

Bonne lecture de transport en commun pour inciter les autres à lire.

Posés les uns à côtés des autres
Auteur : C.F.Ramuz
Editeur : Zoé
Collection : Poche

www.editionszoe.ch

Posés les uns à côtés des autres
5.0Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.