Arts & Frontières, Espagne & France XXe siècle

Pour moi, la frontière se manifeste par une barrière qu’un douanier lève pour laisser passer un véhicule. Le passeur peut être à la fois celui qui fait franchir les lignes imaginaires qui délimitent/déterminent les pays et celui qui transmet une parole. Or vous avez sans doute remarqué que la première des barrières entre les individus de pays différents est la langue… et même si aujourd’hui on parle presque partout l’anglais, tout le monde ne le pratique pas.

On ne s’étonnera donc pas qu’à propos de ce livre je puisse m’étonner que les auteurs s’autorisent de donner à lire un recueil d’articles dont certains sont restés dans leur langue d’origine. Des textes en espagnol à côté de textes en français. Si vous pratiquez l’espagnol ou avez des amis capables de traduire tant mieux pour vous, sinon tant pis. J’avoue que je suis fort surpris et très déçu de ce genre d’attitude. Autre reproche, mais toujours le même, il me semble qu’en matière de travail/recherche universitaire il est essentiel de fournir index et bibliographie, or ici cela manque. Enfin, vu le sujet, les rapports entre France et Espagne au XXe siècle sur le plan artistique, s’il est attendu que l’on parle de la guerre d’Espagne pourquoi se limiter à Picasso et « Guernica », comme si Joan Miro était resté silencieux ? Dans la mesure où Bertrand Naivin, l’auteur de l’article, précise que le tableau de Picasso est une commande espagnole il aurait été intéressant de parler de Miro. Une autre notion de frontière.

On peut aussi être surpris d’un discours sur le Tango et ses rapports avec la photographie – cela ne semble pas évident – surtout sans présentation de toutes les figures de cette danse.

Bonnes traductions, bonne lecture.

Arts & Frontières, Espagne & France XXe siècle
Collectif
Editeur : Harmattan

www.editions-harmattan.fr

Arts & Frontières, Espagne & France XXe siècle
2.5Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.