Attention, si vous disposez de la version J’ai Lu n° 1246 intitulée L’oiseau d’Amérique, et même si vous avez remarqué qu’il s’agit du même traducteur, ne vous dispensez pas de cette nouvelle édition qui intègre quelques nuances et au moins un titre plus en accord avec le titre original. Il paraît que l’idée de ce roman est venue à l’auteur, professeur de faculté au moment de son écriture, devant la faiblesse des étudiants en matière d’écrit…

L’histoire se situe au XXVème siècle dans une Amérique – un monde ? – qui s’éteint faute d’enfant mais automatisée et tranquillisée par la prise de pilule et où les robots font le nécessaire. Robert Spofforth dirige tout, il est le dernier robot de Classe 9 et monte régulièrement au petit matin en haut de l’Empire State Building pour tenter de se jeter dans le vide… Et puis survient Paul qui a appris à lire seul et propose de redonner des cours pour apprendre aux autres à lire. Mais Robert refuse et lui demande de lire à haute voix les cartels des films muets. Et Paul va ainsi faire l’apprentissage de la vie d’avant et rencontrer Mary Lou qui au Zoo s’est exilée du monde.

Ce qui va alors advenir ne devrait surprendre personne. L’auteur ne vous a pas laissé le choix : au vu de ce qui nous menace, si vous ne prenez pas conscience que vous risquez de finir en naufragé de votre propre monde, tant pis pour vous. Heureusement, il reste des bibliothèques et de quoi apprendre. La première édition de ce livre date de 1980 (1981 en français) pourquoi ne pas se donner la peine de le lire pour vérifier où nous en sommes de notre abandon aux mains de la technologie, histoire de ne pas nous laisser être dépassés.

Bonne lecture dans les transports en commun pour titiller la curiosité des « voisins ».

L’oiseau moqueur
Auteur : Walter Tevis
Editeur : Gallmeister
Collection : Totem

www.gallmeister.fr

L'oiseau moqueur
5.0Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.