France Gall, de Baby pop à Résiste

Belle couverture qui nous offre un portrait radieux de l’artiste, un portrait qui ne semble pas de commande. Un portrait d’individu plutôt que d’artiste. Qui en fait une personne plutôt qu’une star…

Avant d’aller plus loin, je voudrais critiquer le style adopté par l’auteur. Son parcours journalistique est exemplaire et l’on supposera qu’il connaît son sujet mais pourquoi avoir conservé son style journalistique moderne pour rédiger cette bio ? L’écriture, qui ici jongle avec les adjectifs qualificatifs pour donner du poids aux suites de name dropping, donne l’impression de boursouflure : que peut bien vouloir dire par exemple « l’ineffable Marie Laforêt « … ?

Mais c’est Isabelle Gall qui nous intéresse, celle qui est devenue France – on trouvera réfutée l’idée que c’est au tournoi des Cinq Nations qu’elle doit son prénom de chanteuse. Il ressort pour moi de tout cela que si vous avez des relations, si vous connaissez du monde dans la « branche » qui vous intéresse, vous percerez plus facilement que d’autres. Il vous faut bien sûr un talent certain et il vous faut par-dessus tout l’appréciation, l’amour du public… Mais France Gall avait en plus d’excellentes chansons – celles de Michel Berger – qu’elle habitait à merveille et qui nous parlent encore. Faites le décompte de celles dont vous vous souvenez, de Poupée de cire… à Babacar… celles que vous pouvez fredonner… un peu comme si Isabelle avait grandi, mûri avec nous ou nous avec elle.

Vous avez compris ce qu’il vous reste à faire… Acheter ce livre agrémenté d’un superbe cahier photos de 16 pages et demander un paquet cadeau, il doit bien y avoir près de vous une mère ou une compagne qui a joué la groupie du pianiste… Il m’étonnerait qu’elles se formalisent de ce rappel de leur jeunesse.

Joyeuses Fêtes…

France Gall, de Baby pop à Résiste
Auteur : Jean-Éric Perrin
Éditeur : GM

https://www.facebook.com/editionsgm/

France Gall, de Baby pop à Résiste
4.0Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.