Rosa Bonheur et Buffalo Bill une amitié admirable

Les cinéphiles qui apprécient William A. Wellman et Robert Altman ont certainement une vision particulière de William Cody dit Buffalo Bill pour avoir fait une hécatombe de ces bisons qui menaçaient la construction du chemin de fer et qui nourrirent les ouvriers en affamant les Indiens… Natacha Henry romance la rencontre entre l’entrepreneur de spectacle et la peintre animalière féministe.

Rosa Bonheur vient d’enterrer sa compagne et, peu désireuse de mondanités, se retranche dans son château. Mais, apprenant la venue en France du spectacle de Bill et, il faut le dire, un peu poussée par ses marchands de tableaux qui admettent difficilement de manquer de tableaux, elle accepte de voir le spectacle et se décide à peindre des bisons.

La petite photo sépia qui illustre la couverture donne une image de la réalité que les cinéastes ont faussé pour nous séduire et Natacha Henry procède sensiblement de même. Elle fait comme faisait Alain Decaux, elle raconte un fait, un moment d’histoire en prenant soin de ne pas nous ennuyer par des commentaires didactiques ou tendancieux qui rendraient l’un ou l’autre des protagonistes déplaisant. Au contraire, le fait de romancer leur confère une aura particulière, ils ne sont pas de simples « participants » de l’histoire du 19ème et du 20ème siècles, ils sont d’abord des humains avec des sentiments et des états d’âmes. Et j’avoue que découvrir la peintre à travers ce roman est passionnant, cela donne à voir ses toiles autrement. Pour ce qui est de Bill, les versions Joel McCrea et Paul Newman ne se sont pas vraiment effacées devant la version donnée dans le roman, elles se sont toutes mêlées. Dans les deux cas, ces personnes sont fascinantes…

Bonne lecture lente et savourée.

Rosa Bonheur et Buffalo Bill une amitié admirable
Auteure : Natacha Henry
Editeur : Robert Laffont

www.laffont.fr

Rosa Bonheur et Buffalo Bill une amitié admirable
5.0Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.