Et voilà, le killer-hit de décembre de Nintendo est juste dans les startings blocks. Impressions après une dizaine d’heures de jeu.


Le monde présenté par Xenoblade Chronicles 2 (en fait, le 3ème de la saga pour être exact) est extrêmement intéressant. Les humanoïdes ont été exilés de l’Elysium, situé sur l’arbre-mère. Ils sont allés se réfugier sur des Titans, énormes entités vivantes se déplaçant lentement à travers une mer de nuage impénétrable. Bien entendu, certaines nations sont en guerre, comme dans tout bon JRPG, à cause des Titans qui dépérissent et des territoires habitables qui se réduisent petit-à-petit. Vous jouerez dans ce monde un simple récupérateur s’appelant Rex dont la seule fonction au monde et de survivre en récupérant des déchets sous la mer de nuage. Bien entendu, de plus grandes aventures l’attendent, mais je préfère vous laisser les voir de vos propres yeux que de vous spoiler le plaisir de la découverte. Ce que je peux vous en dire par contre, c’est que le jeu n’est pas avare en rebondissement et ceci dès le début, le tout avec un humour tout japonais. Autre particularité du monde de Xenoblade Chronicles, les combattants les plus aguerris sont appelés les Pilotes et sont accompagnés de leur lame, qui sont personnifiés soit par des humanoïdes, soit des animaux, mais qui vous accompagneront ou que vous allez et qui auront leur propre conscience.

Le système de combat quant à lui est assez intéressant car complexe. Si les attaques se font automatiquement, il faudra jongler avec 3 différentes stratégies afin de tirer le meilleur de vos attaques. Il vous sera ainsi possible d’activer jusqu’à 3 arts par lame que vous transportez (qui sont elle-même jusqu’à 3 par personnage, avec leur force élémentaire). Le timing d’activation des arts est important car si bien synchronisé, vous pourrez activer vos arts plus rapidement. Si vous utilisez et coordonnez bien vos arts, vous pourrez activer des combos élémentaires dévastateurs (l’arborescence de combos est toujours visible en haut à droite de l’écran) mais qui rendront les ennemis plus résistants à ce type d’élément pour la suite du combat.  Et finalement les combos de Pilotes qui vous permettront, par exemple, de déséquilibrer, puis faire chuter les ennemis. Même si l’écran est du coup chargé en information, on arrive à s’en sortir assez facilement, malheureusement en perdant de vue les animations et effets créés par les développeurs et en se concentrant sur les informations importantes.

Techniquement, malheureusement, ce n’est pas incroyable et on voit que quelques compromis ont dû être faits. En mode docké, le monde est magnifique, mais malheureusement, certaines baisses de framerate sont à déplorer. Ceci sans compter les objets qui chargent parfois à quelques dizaines de mètres du héros lorsque vous entrez dans un nouvel environnement. Cependant, en mode nomade, la baisse de résolution en 720p permet de sauver les framerates (qui deviennent alors stables), mais le monde s’en trouve un peu moins beau. Autre petit défaut, mais je chipote : quand on ouvre des coffres ou que l’on bat des ennemis, ils explosent en laissant des objets autour d’eux. Rien de bien grave a priori, mais comme le monde se passe à dos de monstres géants, il y a donc pleins de falaises desquelles, je vous le donne dans le mille, les objets tombe parfois. Tout ceci sans compter que vous avez un temps limité afin de ramasser les objets. Là, de nouveau, pas de soucis 90% du temps, mais quand c’est durant un combat et que la lisibilité durant les combats est déjà limitée, c’est assez gênant. Par contre, il faut saluer le travail des designers qui ont créé un monde magnifique avec des panoramas qui valent vraiment le coup d’œil. Encore mieux que le design du monde, la musique est vraiment incroyable avec des arrangements qui vont rester dans votre tête. Je me suis même retrouvé quelques fois à entonner certaines chansons.

En résumé, le jeu propose une expérience JRPG à l’ancienne vous occupant par son univers énormissime, qui même s’il est loin d’être parfait, reste totalement intéressant par son gameplay bien peaufiné et une bande-son mémorable. On verra si l’histoire tiendra sur le long terme ou pas.

Editeur : Nintendo
Développeur : Monolith studio
Date de sortie : 01.12.2017
Plateforme : Nintendo Switch

Genre : RPG

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.