La photographie « de » Wittgenstein

Avec en couverture une photo de roses sans mention d’auteur (ou alors elle est bien cachée)… Bon comme vous savez je suppose que Wittgenstein est un philosophe et que vous me connaissez un peu vous vous attendez à mon couplet sur le fait de se laisser porter quand on entre dans un livre philosophique. Navré de vous décevoir. Là, j’ai eu beau m’abandonner au courant des mots, des idées (?) et des références… le livre m’est resté imperméable. Mais cela doit être de ma faute car l’auteur est plasticien photographe (il me semble que l’on parle de photographie plasticienne), diplômé des Beaux-Arts (d’où ?), docteur en esthétique et sciences de l’Art (aussi précis que flou) et docteur d’État es Lettres…

Ce livre écrit en trois ou quater mois en 2002 ressemble étrangement à une publication universitaire destinée à montrer à ses pairs que l’on connaît et maîtrise un sujet, que l’on ne s’endort pas sur ses lauriers universitaires encore (On notera l’absence d’une bibliographie autre que celle des œuvres de Wittgenstein).

Les confrères de l’auteur et peut-être les amateurs de Wittgenstein y trouveront sans doute leur compte. Si vous lisez la quatrième de couverture avec soin, après vous être amusé du rapprochement Roland Barthes/Wittgenstein, vous comprendrez que la démonstration de l’auteur tend à nous prouver, grâce à l’œuvre de Wittgenstein, que la photographie peut revendiquer – contrairement à ce que pensait Baudelaire – son statut d’art plastique… Heureusement qu’il y a des philosophes pour nous dire et nous expliquer que la photo est art. Nous risquerions d’oublier le talent des Marc Riboud, des Henri Cartier-Bresson ou des Salgado et autres Depardon…

Bonne lecture.

La photographie « de » Wittgenstein
Auteur : Pierre Dreyfuss
Editeur : Harmattan

www.editions-harmattan.fr

La photographie "de" Wittgenstein
2.5Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.