Passions - Extrait

Passions – Extrait

Il se fait rare le bougre et c’est bien dommage pour ceux qui en sont passionné, comme moi. Mais dans le même temps cela nous garantit une égale qualité. Si vous suivez un tant soit peu le dessinateur vous savez que ce n’est pas l’homme d’une histoire longue de 48 pages ou plus. C’est le spécialiste disons du 3-4 pages suivi parfois d’un épisode supplémentaire ou complémentaire.

Vous savez comment cela se passe avec les idées. Vous en trouvez une, vous la développez, la mettez en forme et quand vous avez fini il vous vient une suite, de quoi faire un ajout. De quoi approfondir. Là Goossens joue avec son titre et commence par deux parodies -ça aussi c’est une des ses habitudes-.

L’intérêt de la parodie c’est que l’on peut y mettre tout ce que l’on veut, tout ce qui passe par la tête. Dans la première bande : les Bidoches, on reconnaîtra un Autant en emporte le vent dans lequel Reth Butler et Scarlett sont d’une niaiserie qui est bien proche de celle de Fernande et Raymond d’autant plus que le dessin les caricature. Et surtout ne ratez pas le making of et son bel hommage à Jacques Brel. La deuxième bande fait directement référence à « Mogambo » de John Ford dont le héros est Clark Gable. La démythification porte ici sur les « cicatrices, les marques du héros »… et sur la chasse aux bébés sauvages pour récupérer leurs couches anti-fuite. Ensuite nous trouvons ce que je vous proposerai comme étant une parodie de Copi -le personnage de la dame assise qui parle à beaucoup de gens-, là c’est un fils qui parle à sa mère de son rapport avec les femmes et les amateurs de Hugot le dessinateur de « Pépé Malin » seront surpris de trouver une « Mémé mâline » dans son fourgon. Avant dernière histoire celle où Georges et Louis -très Bouvard et Pécuchet- montrent ce qu’ils sont. Goossens se livre là à un très bel exercice graphique… Et dernière parodie la comédie à la française. Pour ceux qui lisent attentivement vous retrouverez Binet devenu Bonet bien sûr, Lucchini Fabrice, Edika cités quelque part… Pour ma part je n’ai pu m’empêcher de sentir l’haleine de Carmen Cru et d’entendre Bobby Lapointe fredonner plusieurs de ses chansons.
Bonnes lectures…

Passions
One-shot
Dessinateur et scénariste : Daniel Goossens
Éditeur : Fluide Glacial

http://www.fluideglacial.com/leblog/index.php/2014/03/20/laissez-vous-emporter/#atop

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.