Manaraga

Pourquoi nous proposer une couverture aussi triste et dépourvue du moindre attrait ? Manaraga est le nom d’une montagne et donc vous êtes censés voir en couverture des sapins et une montagne enneigée… sous un ciel gris… Là c’est plus charbonneux qu’autre chose. Le nom de l’auteur est écrit en petit et le nom de l’éditeur à peine lisible… C’est dommage !

En quatrième de couverture, deux paragraphes nous situent l’action. Nous sommes en 2050, l’Europe vient de subir deux révolutions islamistes et une guerre, chaque individu est augmenté de trois puces électroniques qui régulent et organisent sa vie. Et bien sûr on ne lit plus. Et on pourrait comparer Gueza, le « héros » de ce roman, à Montague, le héros de Ray Bradbury pour « Farenheit 451 », ce pompier chargé de faire brûler les livres pour des raisons politiques… Mais Gueza est cuisinier, chef, et les livres lui servent de moyen de cuisson… On pourrait ainsi ne plus parler de Canard à l’Orange mais de steak à la Tchékov. Ces repas sont clandestins jusqu’à ce que quelqu’un les menace.

L’idée est amusante et son traitement un peu inégal – quelques pages de moins auraient peut-être densifié le propos – mais on se laisse porter par le propos en appréciant les « incises », les récits que Gueza lit pour juger de leur capacité « culinaire », ainsi un texte attribué à Léon Tolstoï intitulé Tolstoï est tout juste bon à cuisiner « trois croquettes de carottes »… Les livres sont devenus des « bûches » que l’on renifle parce qu’ils dégagent des odeurs particulières : « Ainsi les contes allemands sentent-ils toujours la vanille, les romans de Jules Verne le musc, Kafka exhale une odeur de bois de chêne et de plomb. Dickens – de rouille et de crottes de chat. L’édition de Nietzsche respire le poil d’âne. » Je vous laisse découvrir les autres effluves… par vous-même. Pensez que vous avez là un bon support de jeu de société après un bon repas, autour d’un lapin aux pruneaux par exemple.

Bon appétit.

Manaraga
Auteur : Vladimir Sorokine
Editeur : L’inventaire

https://editions-linventaire.com/

Manaraga
3.0Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.