L'incolore Tsukuru Tazaki et ses années de pèlerinage

L’incolore Tsukuru Tazaki et ses années de pèlerinage

La couverture de ce livre est tout à fait en accord avec son contenu. Et pourtant elle ne traduit, à mon sens, qu’une petite part de ce même contenu. Si je ne me trompe, c’est la troisième fois que je vous parle de cet auteur et vous devez avoir lu au moins une de ses œuvres ou vous être fait une idée de ce qu’il écrit. Pour ma part je remarque que l’on ne sort pas indemne de sa lecture. Une petite impression de malaise peut venir couronner la fin du livre, parce qu’il s’agit de japonais et que nous ne sommes pas habitués à leur mode de pensée… Puis nous faisons la part des choses.

Tsukuru Tazaki – dont le nom ne comporte pas de partie faisant référence à une couleur – faisait partie d’un petit groupe d’élèves liés par une action sociale. Avec quatre de ses camarades – deux filles et deux garçons – dont les noms renvoyaient à des couleurs : Blanche, Noire, Bleu et Rouge – il aidait les élèves en difficultés. Or, après un séjour à Tokyo, il s’est retrouvé rejeté par le groupe qui sans explication mit fin brutalement à leur relation. Après une période dépressive, Tsukuru remonta lentement la pente et, seize ans plus tard, la fréquentation d’une jeune femme, de deux ans plus vieille que lui, l’amène à revoir ses anciens amis… Il découvre ainsi que la rupture est due au fait que Blanche a prétendu qu’il l’avait violée et même Noire qui était amoureuse de lui l’a accusé pour protéger Blanche qui souffrait de troubles mentaux… Bleu et Rouge qui sont restés les mêmes ont suivi le mouvement…

Je suppose que vous savez ce qu’est un patchwork. Imaginez un personnage qui se constitue ou se reconstitue au fur et à mesure de ses rencontres, de ses relations, de ses amitiés. Un individu par ailleurs socialement intégré, vivant une petite vie tranquille, incolore, qui prendrait de l’épaisseur, de la densité en apprenant les raisons de sa mise à l’écart. Je crois qu’il n’est pas interdit de voir en Tsuruku Tazaki un frère oriental de Meursault… Vous voyez le patchwork se construire au fur et à mesure des rencontres, des ajouts de tissus et vous ne découvrez l’idée, le dessin-dessein de l’auteur que lorsque la dernière pièce est cousue…

Bonne lecture… On peut imaginer une lecture fort étalée dans le temps qui oblige à se souvenir de ce qu’on a lu…

L’incolore Tsukuru Tazaki et ses années de pèlerinage
Auteur : Haruki Murakami
Editeur : 10-18

www.10-18.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.