Il faut que je vous parle

Une couverture avec du rouge qui tire l’œil mais surtout un petit rectangle noir en bas à droite portant la mention « Interdit – 16 ans ». La raison de cette interdiction est simple, l’utilisation par la comédienne de mots crus et précis (la comédienne parce qu’il s’agit de la transcription du spectacle joué pendant un an à Paris). Avec bien sûr une petite mise en garde sur le fait que vous n’avez que le texte sans les réactions du public, sans les jeux de scène. Je vous avoue que, malgré la phrase extraite de Télérama qui figure en quatrième de couverture, je ne serais pas allé voir ce spectacle… Et la lecture des trois quarts du livre m’a conforté dans mon choix. Le dernier quart en revanche me laisse supposer que cette humoriste peut mieux faire.

Vous souvenez-vous de Pierre Scaron de Beaumarchais l’inventeur de « Figaro », le barbier de Séville, celui qui « se presse de rire de tout de peur d’être obligé d’en pleurer » ? Peut-être aurait-il apprécié l’exercice d’autodérision masquée de Blanche Gardin ? Pour ma part, j’ai beaucoup de mal à sourire quand elle se sert de l’expression Super Casher, ou quand elle se moque des maladroits en amour, ceux à qui l’on n’a rien appris et qui sont un peu trop fiers d’être autodidactes. Rassurez-vous, elle tape aussi sur l’islam et les bobos mais elle n’apporte aucune vision nouvelle. En revanche, lorsqu’elle aborde sa grand-mère mourante en maison de retraite – peut-être parce qu’il y a là plus de vécu -, elle trouve un ton très juste, à la fois humoristique et respectueux.

Je vous propose deux citations qui vous donneront un vague aperçu :

« On ne mange pas pour le plaisir, quand on est seul. »

« Je pense qu’un type qui refuse un Earl Grey passé 14 heures est un homme dangereux. »

Bonne lecture.

Il faut que je vous parle
Auteure : Blanche Gardin
Editeur : J’ai Lu

www.jailu.com

Il faut que je vous parle
3.0Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.