Double Je

Double Je

Si vous passez par Paris – jusqu’au 16 mai 2016 – faites-vous plaisir… Allez faire un tour au Palais de Tokyo pour visiter l’exposition des artisans d’art et artistes qui s’y produisent et dont la nouvelle de Franck Thilliez s’inspire. Et regardez bien sur l’affiche le casque de plumes que porte l’homme.

Le titre de ce court texte vous a presque déjà tout dit, au moins de son rapport avec un roman célèbre de Robert Louis Stevenson dans lequel il est question du « côté obscur » de tous les individus. Ne niez pas votre dualité, votre « dédoublement ». Bien sûr, vous ne vous comporterez pas comme Ganel Todanais/Nathan de Galois (le/les personnages de la nouvelle) parce que l’éducation, la société, le temps, la famille et les institutions ont sans doute étouffé dans l’œuf vos velléités de créations, votre goût à peine prononcé pour la création. Votre part obscure n’a pas vu le jour… Tant mieux ? tant pis ? Peu importe c’est un fait.

L’autre intérêt de la nouvelle réside dans l’utilisation au service de la création d’une des dernières innovations techniques ; l’imprimante 3D.

Et, même si comme une bonne partie des lecteurs, vous avez deviné la chute de la nouvelle, allez jusqu’au bout…

Vous pouvez aussi visiter l’expo sans avoir lu le texte de Thilliez et vous amuser in situ avec l’énigme…

Bonne visite, bonne lecture.

Double Je
Auteur : Franck Thilliez
Editeur : Fleuve

www.fleuve-editions.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.