Sur l’île de la Réunion, fin 1941, deux pensionnaires du Lycée colonial «Leconte-de-Lisle» se sont jurés fidélité. Le premier s’appelle Lucien Turpin. C’est un jeune créole venu de Tunisie qui a fui la guerre. Son camarade réunionnais se nomme Charles Hoarou.

Ensemble ils parcourent les quartiers de Saint-Denis, la capitale régionale qui est sous domination pétainiste. Ces deux fils de colons nous présentent à travers leurs aventures, l’ambiance pesante de l’époque, avec humour et un soupçon de naïveté. A la fois intéressantes historiquement et culturellement, leurs épopées nous font découvrir un monde à deux vitesses. Il y a les pauvres et les riches, les collabos et les gaullistes, les colons et les locaux…

«Chroniques du Léopard» est à la fois un récit d’initiation, une jolie histoire d’amitié, une description du quotidien sur l’île de la Réunion durant la Seconde guerre Mondiale et une évocation du débarquement des forces gaullistes en novembre 1942 dans cette région reculée du monde.

Les auteurs de cette BD dynamique sont réunionnais et connaissent bien leur sujet. Appollo, le scénariste est né en Tunisie, il a grandi en Afrique du Nord puis à la Réunion avant de suivre des études à Paris, où il a entamé sa carrière. Le franco-maghrébin a travaillé sur le contenu de nombreux albums, comme «La grippe coloniale», «Les voleurs de Carthage», «Île Bourbon 1730», «Biotope», «Une vie sans Barjot», «Commando colonial» et «Pauline et les loups-garous». Le prix «Jacques Lob» lui a été décerné pour l’ensemble de son oeuvre.

Au dessin nous trouvons Tehem, un franco-réunionnais qui a enseigné les arts plastiques en zone d’éducation prioritaire à Paris avant de s’installer sur son île d’origine. Auteur complet des séries « Malika Secouss» et «Zap Collège», il a aussi été dessinateur de «La grosse tête», une aventure de Spirou et Fantasio écrite par Makyo.

Les deux auteurs ont fondé un journal de bande-dessinée créole intitulé «Le cri de margouillat» dont Appollo est aujourd’hui encore, le rédacteur en chef.

Ce roman autobiographique en quadrichromie de 196 pages est passionnant. Il contient un glossaire de traduction français-créole et une présentation des différents personnages apparaissant dans le livre. Nous apprenons qui ils sont et ce qu’ils sont devenus. De nombreuses références aux romans littéraires et aux albums de Hergé sont disséminés dans le scénario. Les textes sont de qualité et de nombreux thèmes sont abordés dans cette histoire.

Dessinée sobrement, mais avec goût, cette création composée de 9 chapitres, séduira un large public car elle est à la fois intéressante et originale.

CHRONIQUE DU LEOPARD : dynamique et esthétique
4.5Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.