Cat 215

Qui parmi vous, chers lecteurs, a compris en voyant l’illustration de couverture de quoi il s’agit ? Oui c’est bien du jaune « engin de travaux publics » et Cat est bien l’abréviation de Caterpillar. 215 étant le prénom de l’engin, une pelle monstrueuse faite pour tracer la route. Et nous sommes en Amérique du Sud, côté Guyane et orpailleurs, côté frontière avec le Brésil. C’est un petit livre qui risque de vous laisser sur votre faim parce que sa fin est ouverte. Un livre bref qui ressemble à un scénario de bande dessinée, parce qu’on peut avoir l’impression de lire une voix off – vous suivez ? Je veux dire que le récitant et en même temps personnage principal se regarde vivre son aventure et la commente.

Marc vivote en France avec sa femme et ses deux enfants et Jules son ancien patron a soudain besoin de ses talents de mécano pour réparer une Cat 215 en pleine forêt et Marc repart à l’aventure. Je pense que vous devriez vite percevoir combien le récit est décalé par rapport à l’action. Cet effet est, au moins en partie, dû au fait que les informations concernant les protagonistes sont délivrées après coup et lentement, comme si elles étaient aussi une manière de commentaire. Cela établit un rapport entre récit et action qui s’apparente en BD à celui entre texte et images. L’effet est réussi. Le texte se lit avec un plaisir évident et soudain votre esprit qui sombrait un peu dans la moiteur tropicale se réveille et s’étonne, secoué par « les chaos de la piste » un désordre bien cahoteux… plus loin le récitant se montre très agile et « jette du leste ». Il me semble que correcteur est un métier d’avenir… peut-être en trouverez-vous d’autres

Une bonne lecture de vacances ou de court trajet ferroviaire.

Cat 215
Auteur : Antonin Varenne
Editeur : J’ai Lu

www.jailu.com

Cat 215
3.0Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.